Aller au contenu principal
Nova Classic : « Beng Beng Beng » de Femi Kuti.

1998, Femi Kuti modernise l'afrobeat

Nova Classic : « Beng Beng Beng » de Femi Kuti.

Par Isadora Dartial

Radio Nova revisite ses propres classiques : les raretés de tout bord qui rythment notre antenne, de la soul-funk au hip-hop en passant par les musiques afro-latines et la pop. Aujourd'hui : « Beng Beng Beng » de Femi Kuti.

Un morceau que l’on retrouve sur Shoki Shoki, premier album international de Femi Kuti sorti en 1998. Femi, fils aîné de celui que l’on surnomme le « Black President » (Fela Kuti donc) a commencé sa carrière quinze ans auparavant dans la dernière formation de son père, Egypt 80. Le saxophoniste s’est même retrouvé dans les années 80 à devoir assurer les parties de son père qui emprisonné, n’a pas pu assurer une tournée aux États-Unis. Femi a monté sa propre formation Positive Force, avec laquelle il se produit au Nigeria mais aussi en France, où il jouera pour la première fois au festival Musiques Métisses d'Angoulême en 1988. Shoki Shoki arrive donc dix ans plus tard. Fela est mort, il a également perdu sa soeur Sola, membre également du Positive Force. Femi continue de porter le flambeau afrobeat mais modernise le genre comme le prouve ce titre « Beng Beng Beng », véritable détonation qui reste aujourd’hui encore l’un de ses plus grand hits. Un titre qui, contrairement à la plupart de ces morceaux, n’est pas politique mais relève de l’intime, car il s’agit là d’une explosion des sens lors d’une nuit à Lagos. En 1998, sur Nova, l’afrobeat de Fela habite nos ondes depuis quelques années déjà, les présentations avec Femi ont déjà été faites depuis quelques années mais ce « Beng Beng Beng » restera l’un premiers titres du saxophoniste à jouer en boucle sur nos ondes. Préparez-vous à danser !

Le Nova Classic, c'est aussi en podcast.

Visuel © Getty Images / Christian Alminana