Aller au contenu principal
Electric Ballroom

Au tournant des années 80 : luttes, lives et dancefloors !

« La Sono Mondiale à Paris » : une émission spéciale de Bintou Simporé.

Par La rédac

Ce mercredi 29 mai, Bintou Simporé enregistre un Néo Géo en public au cœur de l’exposition Paris-Londres, Music Migrations au Musée national de l'histoire de l'immigration, à Paris pour une émission spéciale sur la Sono Mondiale. 

Qui parmi les nouvelles générations d'activistes, de musiciens et d'acteurs culturels, a écouté le disque humanitaire Tam Tam pour l'Ethiopie, fréquenté les soirées funk hip-hop chez Roger Boîte Funk, applaudi aux concerts des stars antillaises ou jamaïcaines Salle Wagram, mairie du XIVe ou à La Mutualité ?

Marche pour l'Egalité et contre le Racisme

Qui se souvient des campagnes militantes contre l'apartheid en Afrique du Sud, de la marche des beurs ou encore de l'explosion des radios libres ?

Qui se rappelle avoir dansé soukouss, mbalax et zouk ou raï dans les nombreuses discothèques « afros » et les bars undergrounds de Paris ?

Qui a fréquenté ces endroits mélangés, dits branchés, que furent Le Palace, La Main Bleue ou le Rex Club, sans oublier les Nuits Noires de Radio Nova, vastes voyages musicaux et ethnographiques sur les ondes ?

Manu Dibango

Nul doute que les invités de Bintou Simporé, grands témoins de la vie culturelle des diasporas africaines dans les années 80, sauront nous rappeler de manière très personnelle des moments forts de cette période musicale très fertile, quand musique et migrations étaient indissociables.

Elle recevra l'historien et spécialiste de l'Algérie Benjamin Stora, le journaliste Nidam Abdi, le musicien et compositeur camerounais Manu Dibango et le journaliste Jean-Jacques Mandel, avec un live de Amen Viana et Max Hoba.

La rencontre sera suivie d'un mix de Kristiz du Paris Soukouss Club, sur la scène du Le Poisson Lune, la terrasse éphémère du Palais.

L'émission sera diffusée le dimanche 2 juin, de 10h à 12h sur Radio Nova ! En savoir plus.

Visuels © Pierre Terrasson, © Manu Dibango, © Amadou Gaye