Aller au contenu principal
Dadafrica : la civilisation en question

Dadafrica : la civilisation en question

Les cultures étrangères à la rescousse.

Par Jean Rouzaud

Dès 1916, en pleine guerre mondiale, un groupe d’artistes décide de changer de regard. Cela se passe à Zurich et le « Cabaret Voltaire » va inventer l’art dada, pour rompre absolument avec une civilisation occidentale en plein carnage !

Sophie Taeuber-Arp (1889-1943) Projet de costume (n° 60) de style Katsina, 1925 Gouache et crayon de couleur sur papier, 34,9 x 50 cm Remagen, Arp Museum Bahnhof Rolandseck  ©Arp Museum Bahnhof Rolandseck / Photo Mick Vincenz
Sophie Taeuber-Arp (1889-1943) Projet de costume (n° 60) de style Katsina, 1925

Art dissident

Statuette magique nkisi nkondi, Vili, Loango, avant 1892,  Bois, alliages ferreux, alliages cuivreux, verre, textile, fibres végétales, pigments, résine, matières organiques, 63,5 × 38 × 34 cm Paris, musée du Quai Branly-Jacques Chirac, don de Joseph Cholet© musée du quai Branly ‒ Jacques Chirac, Dist. RMN-Grand Palais / Thierry Ollivier
Artiste inconnu, Statuette magique nkisi nkondi, Vili, Loango, avant 1892

Le dadaïsme (1917) est la matrice à partir de laquelle se formeront le surréalisme (1920), le lettrisme (1950) puis le situationnisme (1960). Ce sont des arts dissidents, en rupture totale avec les principes et institutions, même modernes.

Dada se veut scandaleux, irrespectueux, tonitruant, absurde…Et va ouvrir de grandes portes à tous les collages, emprunts, associations, détournements. Même la danse, le théâtre, les costumes seront chamboulés, au profit d’une expression totalement libérée. Puisque art et culture n’ont abouti qu’à l’exploitation des populations jusqu’à la guerre mondiale, alors il faut repartir à zéro.

Les arts dits « primitifs » (africains, océaniens, amérindiens) sont parfaits pour régénérer la création occidentale et apporter des couleurs plus franches, des formes plus expressives et même des musiques et des danses vont naitre de l’idée de sauvage, d’exotisme, d’expression directe.

Avant-garde

Masque grotesque à l'expression malicieuseSuisse, Lötschental, première moitié du XXe siècle Bois peint, fourrure, dents d’animal, 40 x 25 x 17 cm Museum Rietberg, Zürich, don d’Eduard von der Heydt© Museum Rietberg, Zürich / Photo Rainer Wolfsberger
Masque grotesque à l'expression malicieuseSuisse, Lötschental, première moitié du XXe siècle

Les masques  primitifs de Marcel Janco, les écrits de Tristan Tzara sur l’art nègre, les collages d’Hannah Hoch, les costumes de Sophie Taeuber Arp, mais aussi les peintures sculptures, photomontage résonnent en présence des œuvres africaines ou océaniennes.

Toutes les trouvailles dada vont aller nourrir les autres arts, même les Russes constructivistes ou les Italiens futuristes seront bousculés par le dadaïsme si riche de culot et punk avant l’heure ! Nous vivons encore aujourd’hui de ce grand courant d’air dada qui est allé chercher tous les changements possibles… Toutes les avant-gardes actuelles contiennent des éléments dada.

dada africa

Dada Africa. Sources et influences extra occidentales. Musée de l’Orangerie. 18 octobre 2017 – 19 février 2018. Exposition organisée par le musée Rietberg de Zurich, et sa la collection d’Arts d’Afrique et d’Océanie et les archives de la Berlinische Galerie. Important cycle de conférence à découvrir sur le site du musée de l’Orangerie.