Aller au contenu principal
De la K-Pop comme arme de guerre contre la Corée du Nord

De la K-Pop comme arme de guerre contre la Corée du Nord

Des haut-parleurs, et de la K-Pop très très fort à la frontière.

Par Jean Morel

Pour le chef de la diplomatie nord-coréenne, Ri Yong-ho, c'est maintenant clair, Donald Trump, a « déclaré la guerre » à la Corée du Nord… Lors de son discours à l’Organisation des Nations Unies, Ri Yong-ho faisait son discours à l’Organisation des Nations Unies, qualifiant M. Trump de « personne dérangée » et « mégalomane ». Il faut dire qu'à la même tribune, le président américain avait menacé de « détruire totalement » la Corée du Nord si le pays attaquait les États-Unis.

En somme, on est sur une bonne ambiance…D'autant que dimanche, Trump a annoncé un nouveau décret migratoire interdisant d’entrée, entre autres, les citoyens nord-coréens.

Escalade tous azimuts donc, pourtant sur une frontière historique bien plus proche de Kim Jong-Un c'est par un procédé tout à fait différent que répond la Corée du sud. Une des stratégies de Séoul depuis quelques années déjà face aux essais nucléaires nord-coréens c'est de jouer de la musique très très fort.

C'est une stratégie de propagande à laquelle revient le gouvernement de manière récurrente. Et qui avait déjà failli mener au conflit plus d'une fois. Cette méthode de guerre psychologique date de la période du conflit ouvert entre les deux Corées (1950-1953). À cette époque des haut-parleurs équipaient des unités mobiles qui se déplaçaient tout au long du front.

Il y a deux ans, ces haut-parleurs avaient repris du service en diffusant des éloges de la démocraties et des critiques ouvertes du régime nord-coréen ainsi que de la K-Pop diffusée à plein régime. Au point de susciter l'exaspération de Pyongyang qui avait menacé de bombarder ces foutus haut-parleurs. En conférence de presse, un porte-parole du Ministère de la défense sud-coréen avait même évoqué la tracklist de ce DJ set un peu particulier : « nous avons fait une sélection très diverse des plus grands succès récents pour que ce soit intéressant ».

Fin aout 2015 cette méthode avait tellement fait ses preuves que Séoul avait finit par débrancher ses haut-parleurs à la suite d'un accord pour stopper une escalade qui menaçait de dégénérer. Un véritable K-Pop Gate qu'on trouve tout de même plus attachant que la situation actuelle.

Visuel : (c) Michael Marfell / Getty Images