Aller au contenu principal
Djoudi et Daho sont-ils une seule et même personne ?

Djoudi et Daho sont-ils une seule et même personne ?

Non. Ce clip, où les deux apparaissent et se répondent, atteste ce constat.

Par Bastien Stisi

Il y en a qui le disent. Quoi donc ? Que Malik Djoudi, auteur de deux albums en trois ans marqués par une pop synthétique, sensible, planante, ferait partie de ceux qui pourraient prétendre à se faire l’un des porteurs de l’appellation, souvent galvaudée tout de même, de « nouvel Étienne Daho ». Mais alors, pourquoi chercher un nouvel Étienne Daho alors que ça ne sert foncièrement pas à grand-chose, et surtout qu’Étienne Daho est toujours bel et bien là, à faire du live et des disques - le dernier en date, Blitz, sortait en 2017 - ? Le théâtre de l'absurde imite la vie.

Dire que Malik Djoudi est le nouvel Étienne Daho, nous sommes donc désormais d’accord, ça ne rime à rien. Malik ne passe pas ses week-ends à Rome et n’a pas grandi dans la scène alternative rennaise des 80’s. Il est vrai qu’il partage tout de même avec l’idole de certains jeunes gens modernes ce timbre propre aux êtres plus sensibles que la moyenne, ces manières raffinées, ces textes qui parlent d’amour et de problématiques connexes, cette expertise pop que pas grand monde n'oserait lui contester.

Aussi, Malik et Étienne se connaissent bien. Qu’on les compare, qu’on les confronte, qu’on les associe, ça ne doit pas les gêner plus que ça (on suppose). Témoignage très concret de cette proximité amicale et artistique, le nouveau venu a fait longtemps les premières parties de l’ancien arrivé. Ils avaient également signé un morceau ensemble, « À tes côtés », mixé par feu Philippe Zdar et qui apparaissait sur Tempérament, le second album de Malik.

C’est une vision très céleste, très solaire d’une amitié qui s’exprime par cet échange ludique

Ce titre est aujourd’hui accompagné par un clip vidéo, conversation intime menée à deux et enregistrée dans « une chambre anéchoïque : un espace sans aucun écho qui permet de mesurer la puissance acoustique des machines », nous dit quelqu’un de particulièrement renseigné sur le sujet. Renseigné, Antoine Carlier l’est également, puisque c’est lui le réalisateur de ce clip. Il raconte :

« Un décor irréel : une chambre anéchoïque blanche, immense, dont les murs "sculptés" renvoient une vibration graphique phénoménale. Au milieu, deux tables / deux chaises, face à face. Sur chacune des tables, un micro, avec un interrupteur voice ON / voice OFF. On a l’impression d’être au parloir du paradis… Un paradis perdu certainement. Dans la vidéo, Les images se confondent comme les voix, on tisse des liens entre les mots et les regards. C’est une vision très céleste, très solaire d’une amitié qui s’exprime par cet échange ludique… »

Malik Djoudi sera en concert le samedi 21 septembre pour la première édition du Festival Paris Est Têtu ainsi que le 20 novembre au Trianon à Paris. Et partout ailleurs.

Visuel © clip de  « À tes côtés » de Malik Djoudi et Étienne Daho