Aller au contenu principal

Emma González a désormais plus de followers que la NRA

Cette survivante de la tuerie d’un lycée de Floride appelle le gouvernement à agir sur le contrôle des armes aux États-Unis.

Par Clémentine Spiler

Son discours a fait le tour des réseaux sociaux. Après la fusillade qui a fait dix-sept morts au lycée Marjory Stoneman Douglas, en Floride, Emma González s’est lancée dans un combat aussi laborieux que courageux. Quelques jours après le massacre, la jeune femme a interpellé le gouvernement américain pour son inaction quant au contrôle des armes. Une inertie notamment dûe à la surpuissante NRA (National Rifle Association) monstrueux lobby de l’armement américain, qu'elle n'a pas hésité à prendre à parti.

« Si le Président veut venir me dire les yeux dans les yeux que c’était une terrible tragédie qui n’aurait jamais dû arriver, et continuer de soutenir qu’on ne peut rien y faire, je me ferai un plaisir de lui demander combien il a été payé par la NRA. »

C’est donc tout un symbole que la jeune lycéenne, dont l’engagement a engendré une mobilisation nationale, soit désormais plus suivie sur Twitter que le lobby lui-même. Emma González est suivie par pas moins de 935 000 personnes, presque deux fois plus que la NRA (583 000). 

Symbolique, mais pas que. La mobilisation pour le « gun control » passe avant tout par les réseaux sociaux, et est portée par de nombreux lycéens et étudiants à travers le pays. La conjonction d’un ras-le-bol après une énième fusillade, de techniques de communication universelles et accessibles à tous, et d’une présidence Trump qui soutient sans honte l’industrie de l’armement, ont donné naissance à un mouvement de révolte sociale contre le second amendement auquel on ne s’attendait plus.

Avec d’autres élèves de son lycées, Emma González a par ailleurs organisé une marche le 24 mars à Washington, pour demander « une proposition de loi complète et efficace au Congrès ».