Aller au contenu principal
Il y a du The Blaze et du Gavras dans ce clip de Contrefaçon

Il y a du The Blaze et du Gavras dans ce clip de Contrefaçon

Il y a aussi, parce que c’est quatre garçons-là sont cultivés, du David Hockney.

Par Bastien Stisi
Halo

Dans un décor qui rappelle celui du dernier album de Koudlam (Benidorm Dream), celui du dernier film de Gavras (Le Monde est à toi), l’environnement global des clips de The Blaze (celui de « Heaven », surtout), ou les piscines californiennes de David Hockney, un couple agite le corps et l’esprit, et nous propose le film de vacances passées à manger des pommes, à nager dans une piscine à l’eau bleutée, à se balader avec un maillot de bain deux pièces rose, à danser sur une terrasse correctement exposée, le maillot du Bayern Munich des années 2000 comme étendard vestimentaire. Cette romance-là, qu’il s’agisse d’un amour de vacances ou d’une temporalité plus longue, elle vient illustrer « Halo », le nouveau morceau du collectif Contrefaçon, le projet de quatre Parisiens (Mike Doe, MandelBoy, Antipop et Junk8) qu’on avait déjà remarqué il y a quelques mois, au moment, notamment, de la sortie d’un EP et d’un morceau « Casting », d’une efficacité redoutable, qui remettait dans les esprits ce genre d’une violence inouïe, que les adeptes appellent gabber.

Rappelons que le mot « halo » renvoie non seulement à un anneau de la planète Jupiter, à l’idée d’un phénomène optique liée à l’idée de luminosité, et à la zone située autour du mamelon des seins (choisissez le sens que vous préférez associer à ce morceau).

Visuel (c) capture d'écran de « Halo » de Contrefaçon