Aller au contenu principal
Art Ensemble of Chicago : Great Black Music

Art Ensemble of Chicago : Great Black Music

La chronique de Jean Rouzaud.

Par Jean Rouzaud

Après plus de dix années, l’Art ensemble of Chicago, soit le Jazz libre, Cool, Free, à la fois afro-centriste et raffiné, né à paris en 1969 (!) revient chez Soul Jazz, avec la ressortie d’un album de l’an 2000.

Art Ensemble of Chicago : Great Black Music

Issu des révolutions des années 50 et 60 avec Miles Davis, du Cool Jazz au Hard Bop, mais aussi de groupes comme les Jazz Messengers, de labels comme le mythique Blue Note, l’« Art Ensemble » synthétise à la fois la prise de conscience afro-américaine de la valeur de son Art, et l’ambition d’un style de Jazz ultra créatif.

Silences et envolées

Sur des thèmes et des motifs classiques, le sextet (d’abord quartet puis quintet) s’adonne à toutes les possibilités (soul, funk, free…) Des moments de calme étirés, puis des stridences dignes de Stravinsky, des fantaisies, des envolées de cuivres, bref la liberté d’un groupe puissant et maitrisé.

Les huit morceaux viennent de la B.O du Film de Moshe Misrahi (Les stances à Sophie de 1971, tiré du livre de Christiane Rochefort de 1969), mais c’est bien le style lâché et souple (ou martial !) de l’Art Ensemble of Chicago qui est à l’œuvre, cette fusion particulière, finalement assez radicale.

Des éclats de chant de Fontella Bass, mise en écrin par Lester Bowie (son mari) et ses comparses viennent assouplir les structures allongées ou hachées,  sur le fond rythmique presque « Drum and Bass »…

Art Ensemble of Chicago : Great Black Music

Des thèmes (pour le film) mais avant tout des variations assez virtuoses, huit morceaux pour une quarantaine de minutes d’écoute, du décollage à l’atterrissage.

Brigitte Fontaine avait aussi sorti un album avant-gardiste (Comme à la radio) à la fin des années soixante avec cet ensemble musical éclectique, qui était déjà un « must » à cette époque. 

Tournées mondiales et invités prestigieux, comme, à titre d'exemple, le pianiste new-yorkais Cecil Taylor. L’ambiance d’un monde à redécouvrir.

Art Ensemble of Chicago, Les stances à Sophie, Soul Jazz Records. Avec Lester Bowie / Trompette et percussions (avec l’Art Ensemble,  « percussions »  peut signifier cloches, bongos, clave, cymbales, coquillages, marimbas, maracas, tambour, tom…soit une grande variété d’instruments issus de la musique africaine traditionnelle…), Joseph Jarman / Sax et percussion. Roscoe Mitchell / Sax et percussion . Malachi Flavors / Sax et perçussion. Don Moye / Drums ..et Fontella Bass / Vocal et piano.

Visuel : (c) Soul Jazz Records