Aller au contenu principal

Pour que tu rêves encore

CHATON pour le dernier live de la matinale

CHATON pour le dernier live de la matinale

Ce matin, « Pour que tu m’aimes encore » est devenu « Pour que tu rêves encore ».

Pour que tu rêves encore : le podcast du 28 juin

Pour que tu rêves encore : le podcast du 28 juin

Comment ne pas pas perdre totalement son charisme en période de fortes chaleurs ?

Comment rester textilement digne face à la canicule ?

Sans pour autant se vautrer dans un sarouel.

Brecht Evens 4/4 : « Il y a un mec qui conduit comme moi tout en zig zag »

Brecht Evens 4/4 : « Il y a un mec qui conduit comme moi tout en zig zag »

Tous les matins, Nova diffuse le rêve d'un inconnu.

J'ai rêvé qu'un chien me mordait les fesses. Pendant 10 ans.

Tous les matins, Nova diffuse le rêve d'un inconnu.

Pour que tu rêves encore : le podcast du 27 juin

Pour que tu rêves encore : le podcast du 27 juin

« Yesterday », un film qui va marquer l’été

« Yesterday » : et si les Beatles n'avaient jamais existé ?

Dans ce monde-là, personne n'a jamais entendu parler des Beatles. Sauf lui.

Brecht Evens 3/5 : « Je me demande si on va réussir à faire une interview ou si on va parler que de conduite de petit bateau »

Brecht Evens 3/4 : « Je me demande si on va réussir à faire une interview »

Pour que tu rêves encore : le podcast du 20 juin

Pour que tu rêves encore : le podcast du 26 juin

Tous les matins, Nova diffuse le rêve d'un inconnu.

J'ai rêvé que je chantais avec des éléphants

Tous les matins, Nova diffuse le rêve d'un inconnu.

Et si les animaux devenaient eux aussi des athlètes de compétition ?

Et si les animaux devenaient eux aussi des athlètes de compétition ?

Un hippopotame au trampoline, une girafe à la poutre, une tortue s’essayant à l’haltérophilie ou un éléphant reconverti en basketteur...

Brecht Evens 2/5 : « J’ai vécu une paranoïa positive : tout le monde te regarde mais tout le monde t’adore »

Brecht Evens 2/4 : « J’ai vécu une paranoïa positive : tout le monde te regarde mais tout le monde t’adore »