Aller au contenu principal
Rocksteady : le son de la Jamaïque ?

Rocksteady : le son de la Jamaïque ?

Soul Jazz Records fait le point.

Par Jean Rouzaud

À partir du moment où les Jamaïcains avaient vraiment trouvé leur « son », c’est-à-dire, une fois passé au filtre et au booster, tous les tubes américains et autre « soundies » des Caraïbes, qu’ils avaient écouté dès les années 50, ils purent s’engager sur l’autoroute du succès…

Qu’on l’appelle ska, rocksteady, ou reggae, les retombées de cette époque, des années 60 jusqu’aux 70, ont été miraculeuses, et ont hissé au niveau de Cuba la petite Jamaïque, devenue perle musicale.

Le label Soul Jazz ayant prospecté cette mine, ressort régulièrement les pépites du genre, tapant dans tous les filons, allant du post Calypso – mento jusqu’au dancehall…

 Du post Calypso au dancehall

Cette fois, c’est un peu comme si l’écoute de Curtis Mayfield (and The Impressions, avant sa période solo, et premier prophète Black Power !) avait fasciné les Jamaïcains et lancé les voix extraordinaires, chaudes, voilées, inspirées et pleines d’âme de ce lieu béni.

19 titres :  de la fin des sixties et début seventies, ou sur une solide base reggae, mâtinée de soul et de Rythm and Blues, voilà donc le deuxième CD de la source Studio One, intitulé Rocksteady, Soul and Early Reggae.

Toutes les notes de pochettes sont de Steve Barrow, le fondateur du label De Reggae Roots « Blood and Fire », et auteur prolifique du genre. ll détaille chaque morceau par ses interprètes, ses sources et même les instrumentistes, ou les conditions d’enregistrement !

Il faut dire que les pointures comme Alton Ellis et sa sœur Hortense, les Paragons, Heptones, Gaylads, Delroy Wilson, Owen Gray, John Holt…sont autant de voix suaves, prenantes et inspirées, qui marquent cette période comme un label de qualité.

Mine d'or jamaïcaine

La mine d’or jamaïcaine a autant de strates que l’Amérique ou que Cuba, et les couches de minerai ne sont pas encore épuisées. Mais dans cette réédition, c’est un peu l’âge d’or d’une conquête planétaire qui allait tout emporter.

Le cocktail « basse énorme, harmonies vocales, et rythme syncopé » reste imparable. Il suffit de monter sur la balançoire et laisser mister Clement « Coxsone » Dodd pousser l’escarpolette…

Studio One Rocksteady 2. The Soul of Young Jamaica. Rocksteady, Soul and Early Reggae. Textes de Steve Barrow . 19 titres + booklet de 12 pages

Visuel : (c) DR