Aller au contenu principal

Tout le génie de Biga Ranx dans un nouvel album

« 1988 », sorti le 9 juin.

Par Morane Aubert

Il y a quelques mois, le jeune prodige du ragga dub nous donnait un brillant aperçu de son nouvel album,1988 - sa date de naissance -, avec le titre Liquid Sunshine, produit par Blundetto, qui a d’ailleurs pas mal tourné sur nos ondes.

Le long format est sorti le 9 juin, et dans la lignée de ses premières sorties, Biga Ranx, de son vrai nom Gabriel Piotrowski, continue de se réinventer. On a le plaisir de retrouver son univers vaporeux, son phrasé suave - plus posé - et ses sonorités digitales. 

Pour ce projet, le singjay originaire de Tours s’est accompagné de Blundetto, qui signe plusieurs morceaux à la prod (Low Grade, French Fries…), mais aussi de son frère Atili Bandalero - avec qui il créait le Bandalero Sound System - sur le titre planant Contrebande.

Pour l’entêtant Monday, Big Ranx a fait appel au trio LEJ et à Akhenaton. On a le plaisir de retrouver Big Red sur le morceau Veleda. Les deux artistes (Big Ranx avec l'alias Telly,  son nom de Riddim Maker) collaboraient déjà sur Vapor, le dernier album de la moitié de Raggasonic.

Avec 1988, Biga Ranx démontre sa capacité à mêler les inspirations, du reggae - lui qui en grandissant, se nourrissait des légendes jamaïcaines comme Super Cat ou Vybz Kartel - au dancehall, en passant par le dub, la trap ou encore l’électro. Un album complet, tout comme l’artiste, qui poursuit son ascension avec brio. 

Visuel : (c) pochette du disque