Aller au contenu principal

John Perry Barlow, l’homme qui a libéré internet, est mort

En 1996, il rédigeait la « Déclaration d’indépendance du cyberespace ».

Par Morane Aubert

À la fin des années 60, alors que San Francisco navigue en plein Summer Love, John Perry Barlow squatte la maison de Jerry Garcia, le chanteur des Grateful Dead - groupe qui enclenchait une révolution psychédélique aux États-Unis. Barlow devient son parolier, et lui écrira notamment les morceaux « Cassidy », « Mexicali Blues », « Hell in a Bucket » ou encore « Black-Throated Wind ». À l’époque, il s’essaie au LSD, ce qui pour certains prouve de manière évidente que ce psychotrope a permis aux technologues d’inventer Internet. Le chimiste et ami des Dead, Augustus Owsley Stanley III, expliquait d’ailleurs à Vice : « Il (John Perry Barlow, ndlr) est l’une des ces personnes qui a permis au monde des Grateful Dead de se croiser avec celui de l’ordinateur. Il est la preuve vivante de la relation entre le LSD et l’univers digital. » 

John Perry Barlow
Visuel : © Steve Eichner / Getty Images

Dans les années 90, après avoir pris soin du ranch de son père pendant près de vingt ans tout en continuant à écrire pour les Grateful Dead, John Perry Barlow co-fonde l’Electronic Frontier Foundation, une organisation gouvernementale internationale à but non lucratif, qui milite pour la protection des libertés sur Internet, sous-entendu, pour les droits des usagers et notamment pour la protection de leur vie privée face à la mainmise de certains gouvernements ou entreprises.

Mais John Perry Barlow est avant tout connu pour la « Déclaration d’indépendance du cyberespace » qu’il rédige en une nuit, en plein forum économique de Davos, en 1996. Seize paragraphes comme un acte de résistance pour la liberté d’Internet, qui pour lui, doit passer par l’affranchissement de toute forme de pouvoir. Rapidement, cette déclaration fait le tour du monde, et fait de lui le pionnier de la liberté d’Internet. Barlow y écrit notamment : « Nous créerons une civilisation de l’esprit dans le Cyberespace. Puisse-t-elle être plus humaine et plus juste que le monde issu de vos gouvernements. » Il disparaissait mercredi 8 février à San Francisco, à l’âge de 70 ans. On le laisse partir sur cette playlist, qui regroupe une partie des morceaux qu’il a écrit pour les Grateful Dead : 

Grateful Dead - "Hell In A Bucket"

Available On The iTunes Store: http://bit.ly/OJJ1iV or Amazon: http://amzn.to/Q2MmIG Grateful Dead - "Touch Of Grey"