Aller au contenu principal

La Corée du Nord a-t-elle tenté de pirater des journalistes avec un mini-ventilateur ?

C’est l’histoire de Trump, Kim Jong-un, et un ventilateur USB.

Par Clémentine Spiler

La plupart des journalistes accrédités pour suivre la rencontre entre Donald Trump et Kim Jong-un  étaient assez contents de le recevoir. Un petit ventilateur USB leur a été offert avec une bouteille d’eau à leur arrivée au sommet. Enthousiaste, un journaliste hollandais en a tweeté une photo : « Pratique. Dans le kit de presse pour le #KimTrumpSummit, il y a un mini-ventilateur USB - c’est bien pour rester au frais en écrivant. Il fait assez chaud ici à Singapour, 33°C à peu près. Rien avoir avec Dubaï, reine de la fournaise. »

Harald Doornbos ne s’attendait sans doute pas à recevoir une réponse alarmiste d’un expert en cyber-sécurité. Barton Gellman a néanmoins twitté : « Euh, alors, journalistes accrédités, ne le branchez pas. Ne le gardez pas. Jetez-le dans une poubelle publique ou envoyez-le à votre expert en sécurité. Appelez n’importe quel département d’informatique et faites-en don pour qu’il soit étudié en cours. D'ailleurs, je serais ravi de vous débarrasser d'un d'entre eux. »

Comme le rappelle Numérama, éviter de brancher une clé ou un accessoire USB inconnu est une des bases de la cyber-sécurité, car ces objets peuvent être délibérément infectés par un logiciel malveillant. Et Gellman de souligner que « Si vous l’avez branché, c’est simplement que vous êtes humain. les propagateurs de logiciels malveillants abusent du sentiment de confiance. » Différents experts se sont montrés particulièrement inquiets car plusieurs cyberattaques ont été attribuées à la Corée du Nord ces dernières années, notamment les nombreux dégâts créés par le ransomware WannaCry en mai 2017.