Aller au contenu principal
La légion d’honneur, ça se retire ?

La légion d’honneur, ça se retire ?

La chronique de Thomas Zribi dans Plus Près De Toi.

Par Bastien Stisi

La légion d’honneur retirée à Weinstein ? Très bien. Mais y en aurait un paquet d’autres à retirer, des légions d’honneur… La chronique de Thomas Zribi, dans Plus Près De Toi.

« Ce matin, je voudrais réagir à l’annonce d’Emmanuel Macron dimanche soir sur TF1 : il souhaite retirer à Harvey Weinstein, sa légion d’honneur.

Harvey Weinstein pour les rares qui n’ont pas suivi, c’est ce producteur américain d’Hollywood accusé de multiples agressions sexuelles.

Emmanuel Macron a déclaré que son comportement était je cite « contraire à l’honneur ».

Je me suis donc demandé comment ça marche : comment fait-on pour retirer la légion d’honneur à quelqu’un. Il y a deux motifs de destitution.

Le premier, si la personne est condamnée à plus d’un an de prison ferme, sa légion d’honneur lui est automatiquement retirée. Exemple : Maurice Papon, décoré en 1961 par le général de Gaulle.

En 1998, il est condamné pour complicité de crime contre l’humanité, on lui retire automatiquement sa légion d’honneur.

Deuxième motif, et c’est là que ça se complique, on peut retirer sa décoration à quelqu’un quand on considère que son comportement est donc contraire à l’honneur.

Comme dans l’affaire Harvey Weinstein. Le  problème c’est que l’honneur est un concept un peu flou, il faut trancher sur ce qui passe et ce qui ne passe pas.

Dans certains cas le Président de la République peut décider seul déchoir quelqu’un de sa Légion d’honneur.

Ce fut le cas par exemple pour le Général Aussaresses, héros de la Seconde guerre mondiale, qui assuma plus tard publiquement avoir torturé en Algérie. Scandale en France, Jacques Chirac décide de lui retirer sa Légion d’honneur.

Autre exemple, Lance Armstrong, qui a triché pour gagner le Tour de France. Il se fait attraper, scandale, Jacques Chirac encore le déchoit.

3ème exemple John Galliano, directeur artistique de chez Dior, qui balance un soir des horreurs antisémites en terrasse d’un bar. Il est filmé, scandale. François Hollande lui retire sa légion d’honneur.

Vous voyez on est sur des degrés de gravité très différents, mais c’est la même sanction qui tombe.

Le point commun dans toutes ces histoires c’est le scandale. En général c’est suite à une grosse médiatisation qu’ont lieu ces destitutions. C’est ce qui est en train d’arriver à Weinstein.

Et puis il y a un cas un peu particulier, qui rend tout cela encore plus complexe. C’est ce qu’on appelle les légions d’honneur diplomatiques.

Qu’est-ce que c’est ?

Cela consiste à entretenir des bonnes relations entre pays grâce à un échange de décorations.

Notre président est décoré là-bas, le leur est décoré ici.

Sauf que les bonnes relations diplomatiques ne font pas les bons présidents.

Résultat sur la liste des leaders politiques titulaires de la Légion d’honneur, on a une belle collection de gens infréquentables.

Le dernier en date, décoré par François Hollande en 2016, c’est le Prince héritier d’Arabie Saoudite Mohamed Ben Nayef. Pile l’année où les exécutions se multiplient dans son pays, en plus des lapidations et autres coups de fouet.

Il y a plein d’autres exemples, qui impliquent tous les présidents français de la 5ème république.

Nicolas Sarkozy a décoré Ali Bongo, fils de son père, et président du Gabon. Pas un modèle de démocratie.

Même chose pour Jacques Chirac qui a décoré Vladimir Poutine et Bachar el Assad.

François Mitterrand a décoré Ben Ali, le tunisien.

De Gaulle a décoré Nicolae Ceaucescu le roumain.

Il y a même sur la liste des décorés de la Légion d’honneur Mussolini et Franco.

Ça fait longtemps mais bon quand même ça fait mauvais genre.

Comme je vous l’ai dit ce qui provoque en général les destitutions c’est le scandale.

Il y a donc une procédure spécifique prévue par la loi pour éviter les problèmes dans ces cas là.

Lorsqu’il s’agit de décorations diplomatiques, il n’est pas obligatoire de les inscrire au Journal Officiel, ni d’organiser une remise solennelle de la médaille. En gros on peut faire ça discrètement sans le dire à personne, et sans photographe ni cameraman.

C’est ce qui s’est passé pour le prince saoudien Mohamed Ben Nayef, pour Vladimir Poutine et pour Bachar el Assad, tous décorés en catimini.

Le problème c’est que ce sont eux qui ont balancé l’info à leur retour dans leur pays, Vladimir Poutine avait même emmené son propre cameraman pour immortaliser l’événement.

Certains, ici, ont râlé, mais cela n’a pas fait plus de bruit que ça.

Quant aux grands anciens dont on a parlé tout à l’heure, Franco, Mussolini, Ceaucescu, personne à ma connaissance n’a eu l’idée jusqu’à maintenant de demander que leur légion d’honneur soit retirée.

Peut-être que l’affaire Weinstein va donner quelques idées. Mais il y aurait alors énormément de boulot pour rendre la liste des décorés présentable.

Petit rappel : depuis 1802 et la création de la Légion d’honneur, environ 1 million de personnes l’ont obtenue. »