Aller au contenu principal
Le Jamaïcain Buju Banton vient d'être libéré

Le Jamaïcain Buju Banton vient d'être libéré

L'un des représentants des faces les plus sombres de la scène dancehall et ragga libéré vendredi.

Par Sophie Marchand & Jean Morel

Chaque jour, Jean Morel et Sophie Marchand font leur journal musical, dans BAM BAM.

Il est à la fois une des figures de la scène dancehall et ragga, mais aussi un des représentants des faces les plus sombres de cette musique : Buju Banton a été libéré ce vendredi. L’auteur des tubes « Champion » ou encore « Murderer » a connu un succès d’envergure internationale. Il purgeait une peine de dix ans pour possession et trafic de cocaïne dans une prison de Floride, qui a été écourtée après l’abandon de charges concernant la possession d’armes à feu.

Icône en Jamaïque, où il est adulé comme un des plus grands noms de la musique de l’île, il a aussi été plusieurs fois au coeur de polémiques sur l’homophobie, notamment avec des titres comme « Boom Bye Bye », appel au meurtre homophobe qu’il avait écrit très jeune, mais qu’il n’avait jamais cessé de chanter. Buju Banton est rentré en Jamaïque et a déjà annoncé une série de concerts.

BAM BAM, c'est le Bureau des Affaires Musicales de Radio Nova, animé par Sophie Marchand et Jean Morel, du lundi au vendredi sur Nova.

Visuel : (c) Getty Images / Jean Baptiste Lacroix / Contributeur