Aller au contenu principal
Le Villejuif Underground : de Brisbane au Val-de-Marne

Le Villejuif Underground : de Brisbane au Val-de-Marne

Nouvo Nova : « I'm Sorry JC » du Villejuif Underground.

Par La programmation musicale.

Chaque jour, Nova met un coup de projecteur sur une nouveauté : le Nouvo Nova vous présente dorénavant les coups de coeurs de la programmation, afin que vous ne ratiez rien des dernières trouvailles qui nous ont titillé l’oreille. Aujourd'hui : « I'm Sorry JC » du Villejuif Underground.

Le Villejuif Underground, c’est la réponse du Val-de-Marne au slack-rock anglo-saxon. Un projet mené par un chanteur australien sans-papiers, atterri en France un jour pour une histoire de fille, et réfugié dans « une cabane au fond d’un jardin », dans une petite maison villejuifoise, avec les autres membres d’un groupe devenu communauté. Citant pêle-mêle Fat White Family, Daniel Johnston ou Oingo Bongo comme influences, cette belle trouvaille du label Born Bad Records (qui d’autre ?) vient de sortir un deuxième album : When Will The Flies in Deauville Drop ? On aime le titre  « I’m Sorry JC » (référence non pas à Jésus Christ mais à James Cook, découvreur de l’Australie), un récit picaresque décrivant le trajet qu’a mené le chanteur depuis Brisbane jusqu’à la rue de Rivoli. 

Visuel (c) Facebook du Villejuif Underground