Aller au contenu principal

L’échec total de la loi allemande sur le contrôle des réseaux sociaux

Politesse obligatoire.

Par Clémentine Spiler

Depuis le 1er janvier, une loi de contrôle des réseaux sociaux est entrée en vigueur en Allemagne. Elle impose aux plateformes de supprimer les contenus « manifestement illégaux » sous 24h, sous peine d’amende (jusqu’à 50 millions d’euros, ça rigole pas du tout). Elle concerne les propos racistes, discriminatoires, ou haineux en général. 

Seulement voilà, « manifestement illégaux », comprend aussi tous types de mots comme « idiot ». Le ministre de la justice en a fait les frais, comme le raconte Le Monde, lorsqu’il a attribué cet adjectif sur twitter à l’essayiste Thilo Sarrazin, auteur d’un pamphlet raciste. Son tweet (datant de 2010) a tout simplement été supprimé.

Se sentant bridés dans leur liberté d’expression, un front d’élus demandent au nouveau gouvernement allemand de revenir sur cette loi qu’ils considèrent comme liberticide. Certains vont même jusqu’à la comparer aux méthodes de la Stasi, la police de l’Allemagne de l’Est Communiste. Le porte-parole de la Chancellerie, a répliqué qu’une « évaluation très précise » serait faite et « des conséquences tirées ».