Aller au contenu principal
« Les vibrations d’Alger » : que nous raconte la rue qui remue ?

« Les vibrations d’Alger » : que nous raconte la rue qui remue ?

Dimanche 14 avril, 18h00-20h00, émission spéciale Algérie avec Aurélie Sfez.

Par La rédac

En mars dernier, en pleine effervescence populaire, Aurélie Sfez a rejoint les rassemblements à Alger. Pendant quatre jours, elle a dérivé à la rencontre de femmes et d’hommes - artistes, musiciens, féministes et supporters de foot - pour nous rapporter une parole libre, longtemps refoulée. Elle a recueilli les mots d’une contestation pacifique, sans leader, qui se réveille maintenant à l’aube d’un printemps qui leur appartient, et les rêves de plusieurs générations qui se regardent, espèrent et doutent.

Dimanche 14 avril, Nova vous plonge pendant deux heures en Algérie, avec laquelle elle partage depuis près de 40 ans une histoire de fraternité et de fidélité artistique.

• De 18h à 19h, À la dérive

En compagnie du musicien Amazigh Kateb - fils de l’écrivain, dramaturge et poète Kateb Yacine - leader du groupe Gnawa Diffusion, Aurélie Sfez déambule dans les rues d’Alger ; des jardins tropicaux de l’hôtel El-Djazaïr à la halle du marché Meissonnier. Son guembri en bandoulière, Amazigh nous raconte les luttes passées de son père et les siennes aujourd’hui et parle des liens entre les langues et les musiques arabes. On marche et on se perd dans les dédales de la ville blanche dont les citoyens se livrent, chantent, jubilent, débattent ici au micro, sans limite.

Kateb
Amazigh Kateb : « Il n'y a pas de révolution sans chanson »
Algérie

De 19h à 20h, magazine co-animé avec Marie Misset

L'exploration sonore d’Aurélie Sfez se poursuit avec des reportages au cœur des manifestations avec des témoignages pris sur le vif, émouvants, poétiques, drôles ou inquiets. On décrypte les chants de supporters de foot et les hymnes populaires d’une jeunesse ardente qui scande l’Algérie libre et démocratique.

Avec la militante féministe, écrivaine, ex-avocate et directrice des droits des femmes à l’UNESCO, Wassyla Tamzali, on assiste au meeting confidentiel des femmes dans la librairie L’arbre à dire sur les hauteurs d’Alger, et on fait connaissance avec la slameuse Ibtissem Hattali. Elle clame la liberté de la femme algérienne et nous donne rendez-vous aux Ateliers sauvages, l'espace d’art contemporain indépendant où sont exposées les œuvres d’artistes engagés qui font battre le cœur créatif d’une ville qui s’élance.

Les vibrations d'Alger, animé par Aurélie Sfez et Marie Misset et réalisé par Guillaume Girault, dimanche 14 avril de 18h à 20h.

Visuels © Aurélie Sfez