Aller au contenu principal
Marie Transport en goguette avec les Chiches Capon

Marie Transport en goguette avec les Chiches Capon

Le service d'accompagnement de personnalités au travail de Radio Nova en la personne de Marie Transport, et deux clowns. Mais drôles.

Par Marie Misset

Tous les matins, dans Pour que tu rêves encore, la matinale de Nova, Marie Transport accompagne une personnalité au travail. La semaine passée, c’était Les Chiches Capon.

c

Les Chiches Capon sont quatre : Fred, Ricardo, Matthieu et Patrick. Ce sont des clowns qui sont ensemble depuis presque 18 ans (sauf Ricardo qui est arrivé un peu après) après une rencontre presque coup de foudre au Samovar. Le Samovar ? Une école de clown à Bagnolet qui forme tous les clowns du futur. Ça fait déjà beaucoup de fois le mot clown dans la même phrase.

La spécialité des Chiches Capon : être hilarants sur scène et « imbattables dans la crétinerie flamboyante ». Assister à un spectacle des chiches, c’est n’avoir aucune idée de ce qui peut arriver seconde après seconde. Imbattables en crétinerie et en poésie, ils l’ont prouvé dans six spectacles dont La 432, qui sera en représentation exceptionnelle à la Cigale le 18 janvier prochain.

Pour Marie Transport, seul Matthieu et Patrick se sont réveillés, sans savoir vraiment où aller d’ailleurs. Après avoir rejoint Marie Transport à République, ils n’avaient aucune idée de là où ils voulaient aller. Alors ils ont déambulé jusqu’à trouver l’inspiration. L’occasion de voir des chevaux poilus, un distributeur de tickets de métro éventré et de visiter un ancien supermarché à shit dans le quartier du père de Juliette Binoche, tout ça avant de revenir à République.

En podcast

Épisode 1 : « Ton micro est poilu et sale, comme ce cheval »

Dans cet épisode, Marie Transport retrouve deux des Chiches Capon qui lui apprennent les signes de reconnaissance des motards tout en l’entraînant dans une itinérance mémorielle spéciale, « Les chiches Capon à Paris », qui les emmènent au pied du Cirque d’hiver, où ils se sont produits une fois, il y a bien longtemps et où piaffent des chevaux poilus.

Épisode 2 : « Dès qu’on commence une répèt’, je me mets en slip »

Dans cet épisode, les Chiches capons rencontrent Yann d’UPS, un fan transi qui les aime d’amour. Marie Transport essaie ensuite de comprendre comment se passe une répétition des Chiches capon. La réponse : en slip, surtout Patrick. C’est aussi l’occasion d’en apprendre peu plus sur cet art si méconnu qu’est le clown.

 

c

Épisode 3 : « Le père de Juliette Binoche est un masquier très célèbre »

Dans cet épisode, Marie Transport apprend la profession du père de Juliette Binoche, juste avant de rentrer dans le métro à Saint-Ambroise, sur la ligne 9. C’est le père de Juliette qui guidera les pas de Marie et des Chiches Capon, puisqu’ils se rendent dans le quartier de son ancien atelier, qui a été complètement détruit. Dans le métro, les Chiches capon s’entraînent pour leur reconversion professionnelle : voix du métro parisien. 

Épisode 4 : « Avant d’être clown, j’ai fait un stage de bouffon »

Dans cet épisode, on apprend comment Matthieu, le plus grand des chiches capon (1,97m) est devenu clown. C’est aussi l’occasion d’une grande leçon de vie : « Dans la vie il faut faire comme Jim Carrey dans YesMan. Dire oui ! »

Épisode 5 : « J’aime pas dire “clowns” car les gens pensent qu’on est pas drôles »

Dans cet épisode, un terrible secret de Patrick est révélé. Que s’est-il passé la fois où on l’a pris pour un policier ? On croise aussi un vieux monsieur tunisien qui dit « Shalom ». Le mystère sur son identité reste entier. Et avant de se dire au revoir, on en en apprend un peu plus sur le microcosme clown, une petite secte où les gens s’habillent bizarre et se connaissent de Paris à Brasilia.

Vous pouvez aussi réécouter ce périple en intégralité

Visuel © DR