Aller au contenu principal
Michèle Arnaud, celle par qui Gainsbourg est arrivé

Michèle Arnaud, celle par qui Gainsbourg est arrivé

Nova Classics : « Les papillons noirs » de Michèle Arnaud et Gainsbourg.

Par La programmation musicale.

Cet été, Radio Nova revisite ses propres classiques : les raretés de tout bord qui rythment notre antenne, de la soul-funk au hip-hop en passant par les musiques afro-latines et la pop.  Aujourd'hui : « Les papillons noirs » de Michèle Arnaud et Gainsbourg.

En 1957, Michèle Arnaud est la vedette résidente du Milord l’Arsouille, cabaret historique du 1er arrondissement de Paris. La chanteuse toulonnaise, par ailleurs diplômée en philosophie, est déjà une interprète reconnue : elle a notamment représenté, l’année précédente, le Luxembourg à l’Eurovision. Dans son tour de chant au cabaret, Arnaud est accompagnée d’un jeune guitariste alors inconnu: Serge Gainsbourg.

Discret, Gainsbourg est déjà compositeur mais ne sait pas se vendre : c’est elle qui, avec le directeur du cabaret, découvre, sous une pile de partitions, l’ébauche du « Poinçonneur des Lilas », parmi d’autres morceaux. Convaincue du talent de Gainsbourg, elle commence alors à chanter les oeuvres de ce dernier sur scène, puis le pousse à venir les chanter lui-même. C'est le succès immédiat, et le début d'une amitié entre Gainsbourg et Arnaud.

Plus tard, en 1967, c’est lui qui compose pour elle « Les papillons noirs » : une chanson élégante aux subtiles évocations orientales (on est alors en pleine vague psychédélique), orchestrée par Michel Colombier, immense compositeur de B.O. de films et collaborateur fréquent de Serge. Sur le 45 tours, le nom de Gainsbourg n’apparaît pas : pourtant, c’est bien sa voix qu’on entend à l’unisson avec celle d’Arnaud.

Visuel : © Capture d'écran Youtube