Aller au contenu principal
« Murder she Wrote » : le tube… anti avortement de Pliers & Chaka Demus

« Murder she Wrote » : le tube… anti avortement de Pliers & Chaka Demus

Bon, on a moins envie de danser, d’un coup.

Par Sophie Marchand & Jean Morel

Toutes les semaines dans Bam Bam, Sophie Marchand et Jean Morel vous proposent l’hymne d’un week-end.

Cette semaine, l’hymne du week-end se fait jamaïcain, un hymne dont les paroles sont, en réalité, beaucoup moins fun que prévues. Aujourd’hui, dans Bam Bam, c’est désacralisation d’un tube de Chaka Demus & Pliers. L’hymne d’un week-end c’est pas toujours marrant. Ce morceau, c’est un immense titre de dancehall, une référence de ce qui se faisait dans les années 90. Mais la vraie histoire de ce morceau remonte un peu, c’est surtout l’histoire d’un titre composé comme un patchwork, un mash-up, et la rencontre entre deux univers. En 1987, Pliers écrit une chanson qui s’appelle déjà « Murder she Wrote », et qui sonne comme ça :

Plus reggae, pas dancehall du tout - ce « Murder she Wrote » a quelque chose, il faut le reconnaître - mais pas vraiment le potentiel d’un hit mondial. Dans une autre partie de l’île, Chaka Demus enregistre un titre qui s’appelle « Pretty Face and Bad Character ». C’est aussi un titre très efficace, déjà plus dansant.

Si vous connaissez bien le résultat, vous le comprendrez tout de suite : les paroles, l’ambiance, la dynamique du « Murder she Wrote » qu’on connait tous, c’est la rencontre parfaite de ces deux morceaux originaux. Avec quand même un truc majeur en plus : l’instru. Car un jour, Pliers croise en studio Sly And Robbie - ce duo de producteurs qui a non seulement été la section rythmique la plus recherchée de l’île pendant des années, mais qui a aussi tout simplement bossé avec les meilleurs pendant des décennies. Ce sont des hitmakers qui, lorsqu’ils entendent le titre de Pliers, se disent deux choses : primo, il devrait rencontrer Chaka Demus. Deuxio, ils devraient tous les deux changer d’instru et pimper la base d’un morceau mythique qui s’appelle comme notre émission, « Bam Bam ».

Ce titre est chanté par Toots & The Maytals dans les 60’s pour célébrer l’anniversaire de l’indépendance de la Jamaïque. « Bam Bam », c’est un standard de l’île, repris par plein de gens, dont Sister Nancy évidemment. Sly & Robbie travaillent sur cette base, et la modernise. Et c’est grâce à ce nouveau riddim que ça colle, et si ce « Murder she Wrote » est un hymne c’est par une association magique : Pliers + Chaka Demus + le « Bam Bam » Riddim.

Cependant, le bas blesse, lorsqu’on écoute vraiment les paroles du morceau. Dans « Murder she Wrote », ce qu’ils appellent « un meurtre », c’est un avortement, ce qui, dans les 90’s, était extrêmement tabou en Jamaïque. Et l’histoire de la chanson, c’est donc celle d’une femme présentée comme légère qui avorte sans état d’âme. Ce morceau-là, c’est donc autant un super morceau dansant qu’un titre anti-avortement. Et nous, ça nous coupe carrément l'envie de danser…

Bam Bam, c'est le Bureau des Affaires Musicales de Radio Nova, animé par Sophie Marchand et Jean Morel, du lundi au vendredi sur Nova.

Visuel (c) Getty Images / Jeff Kravitz