Aller au contenu principal
« Ngwa » : le chant révolutionnaire de Blick Bassy

« Ngwa » : le chant révolutionnaire de Blick Bassy

Un nouvel album arrive pour le Camerounais. Et il va être très important.

Par Bastien Stisi

Dans l’océan tellement édulcoré qu’est devenu l’exercice du clip musical (« on sort un nouvel extrait du disque ? Sortons un clip »…), la moindre vague, même toute petite, fait toujours l’effet d’un choc visuel qu’on est toujours bien heureux de ressentir. Ici, avec ce nouveau clip proposé par le chanteur, compositeur, guitariste et percussionniste camerounais Blick Bassy, c’est carrément d’un petit tsunami dont il pourrait être question. Dans « Ngwa », Blick Bassy - qui publie le 8 mars prochain son quatrième album 1958 - dresse en effet un hommage, visuel cette fois (car le disque lui est dédié tout entier ), à Ruben Um Nyobé, chef indépendantiste camerounais assassiné en 1958 (d’où le titre du disque) par l’armée française. Cette merveille visuelle, follement cohérente avec le reste, est proposée par le réalisateur Tebogo Malope aka Tebza, l’auteur, entre autres choses, de Soweto (Lion d’or à Cannes, South African Music Award).

Tebza donc au sujet de son clip que l’on salue des deux mains, avant de recevoir, très vite, Blick Bassy dans Marie Transport, la pastille matinale de Marie Misset : « L’histoire de Ruben Um Nyobé a une résonance sur tout le continent Africain, toujours aux prises avec son héritage post-colonial. Que serait-il arrivé si certains leaders de sa trempe n’avaient pas été massacrés ? Quel espoir pour nous d’aller de l’avant ? Je me suis inspiré dans les premières scènes du clip du livre Matigari du célèbre auteur Kenyan Ngugi Wa Thiongo, dans lequel un combattant de la liberté dépose les armes dans l’espoir d'un avenir prospère, sans effusion de sang. Regrettera-t-il sa décision ? À la fin, les images d’un combattant de la liberté sans vie se transformant en arbre rappellent celles de l’icône politique Sud Africaine Solomon Mahlangu, tué par le gouvernement de l’Apartheid et dont les dernières paroles furent : ‘mon sang nourrira l'arbre qui portera les fruits de la liberté’. La chanson de Blick cherche à rétablir le lien entre le peuple camerounais et son histoire. Les images de cette vidéo tentent de faire le parallèle entre l’histoire camerounaise et l’histoire de l’Afrique dans son ensemble. »

Visuel : (c) capture d'écran de « Ngwa » de Blick Bassy