Aller au contenu principal
Nicolas Boissez : « la radio peut sauver des vies »

Nicolas Boissez : « la radio peut sauver des vies »

La Fondation Hirondelle appuie la création de radios dans des pays en crise. Nicolas Boissez en est le délégué à la communication.

Par La rédac

Dimanche dernier, de 10h à 12h, Néo Géo a pris le pouls de la Centrafrique, et engagé une aventure radiophonique en compagnie de Radio Ndeke Luka, « l’oiseau de bon augure ». Née en 2000 des cendres de Radio Minurka, la radio des Nations Unies en mission en Centrafrique, la très populaire Radio Ndeke Luka, qui propose des programmes éclectiques à l’intention « de tous les centrafricains » grâce à une équipe locale mobilisées sur tous les terrains, a été rendu possible grâce à l’activité de la Fondation Hirondelle qui appuie la création de radios dans des pays en crise.

Du Mali au Myanmar, la Fondation Hirondelle est aujourd’hui mobilisée dans des régions en situation de transition démocratique, de guerre civile ou de développement. Pour Nicolas Boissez, délégué à la communication de la Fondation Hirondelle, « le micro est un allié puissant. Ici on ne s’en rend pas compte, mais dans un pays en guerre, savoir si l’on peut sortir de chez soi relève du vital. Le micro combat les rumeurs, la propagande, et il aide à rétablir le dialogue entre les communautés en donnant la parole aux citoyens et aux politiques ».

La radio sauve des vies

« La radio sauve des vies » poursuit-il. C’est le cas en 2016 à Ndjoukou, un village à 100km au nord-est de la capitale centrafricaine, victime d’une épidémie de choléra. « Des gens mourraient dans l’indifférence générale, mais grâce à un reportage de Radio Ndeke Luka, les autorités puis l’OMS ont pu intervenir et endiguer l’épidémie. »

Pour garantir l’indépendance et la pérennisation de ces médias, « il convient d’être vigilant quant à l’origine des fonds que l’on reçoit », ici principalement issus de l’Union Européenne. Les choix éditoriaux quant à eux sont pilotés par des équipes locales, recrutées et formées par la fondation suisse, suscitant souvent des vocations.

L’information de qualité garantit la paix

Et si pour Nicolas Boissez « l’information de qualité garantit la paix », la radio est également un outil d’émancipation, à l’image de nombreux programmes à destination des femmes comme en RDC, où l’une des auditrices de Radio Boma confie : « lorsque je suivais les magazines Femmes & Élections, j’étais émerveillée de suivre les témoignages des grandes personnalités comme Jeanine Mabunda et consorts. Cela m’a encouragée à m’enrôler pour devenir demain candidate, car les autres aussi étaient comme moi ».

Empowerment et libération de la parole sur les ondes, telles sont les missions de la Fondation Hirondelle qui prépare actuellement ses prochaines actions, au Burkina Faso et à Madagascar.

L'interview complète, par ici.

Plus d’infos sur le site de la fondation.

Visuel : (c) Fondation Hirondelle