Aller au contenu principal

BCUC | PAU

Dynamite Sud Africaine capable de réveiller les morts.

5 octobre 2018
Par captain -xxx-
Dynamite Sud Africaine capable de réveiller les morts.

AH ! et même AHAAAAAAAH !!!

Revoilà le BCUC ! Non pas que le BCUC aie récemment joué à Pau, mais j'ai eu, ces jours ci,  l'occasion de pondre un petit papier ici même à l'occasion de leur passage à Brest le 12 octobre... Papier que je vous engage à lire ICI parce qu'en toute humilité, je pense qu'il résume bien la situation...

Alors, oui, si j'avais été un gros chacal, j'aurais pu faire un gros copié-collé, pas vu, pas pris, je t'embrouille... Mais pas pour vous, amis palois que j'aime, ainsi que la bonne salle de la Centrifugeuse où j'ai déjà connu plus d'une fois le bonheur... Alors je vous la refait, en mode "pas la même"...

En attendant que je trouve mes mots, commencez à vous faire une idée, en parcourant cette vidéo :

BCUC, ça tient pour Bantu Continua Uhuru Consciousness... Ça à l'air compliqué comme ça, mais pas de panique, je vous explique le concept dans trois secondes. Sachez,  tout d'abord, que ce groupe est originaire de Soweto, une banlieue de Johanesburg qui fut un des hauts lieux de la lutte contre l'apartheid. Autant dire que c'est un quartier qui a pris cher et pendant longtemps avant que Mandela n'arrive enfin au pouvoir dans les années 90.

Il y a donc là bas, une tradition d'engagement social et de revendication toujours très vive, et c'est justement l'un des points forts du BCUC : Savoir raconter l'histoire du peuple et de ses combats passés et actuels au cours de morceaux fleuves qui frisent souvent avec la vingtaine de minutes... Oui, je sais, dit comme ça, ça peut paraitre chiant... Mais attention, ce groupe, c'est rien que des sorciers (et une sorcière) du groove... Capables, en plus, d'insuffler dix ambiances différentes dans le même morceau et ainsi de vous transporter dans un voyage musical sévèrement ondulatoire et subtilement insurrectionnel... La classe...

On peut appeler ça de la transe, on  y trouve des influences africaines ancestrales, aussi bien que des emprunts au rock, au reggae ou au free jazz... Au final, un jouissif mélange entre Coltrane, Fela Kuti, James Brown et Tonton Bob, qui ne va pas vous laisser indifférents...

Ou alors, c'est que vous êtes déjà morts, mais méfiez vous, si c'est le cas, le BCUC va vous ressusciter vite fait !

Tentez de gagner des places en allant sur le Facebook de Nova Aime.

 

(pensez à réactualiser la page si le jeu n'apparait pas)

Samedi 20 octobre @ Centrifugeuse, Pau, toutes les infos ici.