Aller au contenu principal

Global Local | Marseille

Le before de la Fiesta des Suds

29 septembre 2017
Par Baba Squaaly
Global Local

Un peu comme une sorte de calendrier de l’avant qui précéderait le Noël de tous les Fiesteurs, Global Local, le before de la Fiesta des Suds, s’apprête à devancer cette année encore sa grande sœur. Célébrons au fil de cette cinquième édition le meilleur d’une certaine production musicale qui bien qu’enracinée dans un territoire bien déterminé, ne s’interdit pas de parler au monde entier. 

Dans la famille des Globaux-Locaux, à la faveur d’un Babel Med printanier, la branche marseillaise de ceux qui pensent global et agissent local s’est découverte en la bonne ville de Londres, des cousins éloignés, et pourtant si prôches. Sur les rives de la Tamise, il existe aussi des structures pour penser global - mais en anglais - et mener de front des activités d’organisateurs de soirées et de label, sous couvert de cette même intrigante appellation : Global Local

Forcement, à l’heure du Brexit gagnant, les organisateurs de ce rendez-vous annuel annonciateur de la Fiesta des Suds, de ce before comme ils disent au Dock des Suds dans un anglicisme de bon aloi cette année, ont vu dans cette rencontre, si ce n’est un embryon de réponse, du moins un positionnement clair et explicite, une façon de renvoyer à leurs orties urticantes, les partisans de la sortie de l’Europe Outre-Manche comme ici d’ailleurs.

 Cette 5ème édition s’annonce dans tous les sens du terme, comme une f**kin’ Brexit Edition. C’est ainsi qu’elle convie K.O.G & The Zongo Brigade, neuf musiciens originaires de Londres, une ville monde par excellence. Emmené par le Ghanéen K.O.G. (King Of Ghana, peut-être), ils revendiquent le métissage des musiques africaines d’Afrique de l’Ouest, du funk et de la soul, imposant à grand renforts de cuivres, leur propre définition de l’afrobeat.

BCUC eux sont originaires de Soweto (Afrique du Sud). Ce township des environs de Johannesburg est connu à travers le monde pour avoir été dans les années 80,  un des principaux foyers de la résistance à l’Apartheid et pour être aujourd’hui encore, un des plus créatifs centres musicaux du pays. L’idée même du Brexit, de la sortie de l’Europe, doit leur sembler bien saugrenue, quand on sait les difficultés endurées par les Africains pour vivre de ce côté-ci de la Grande Bleue. Leur présence n’en est pas moins significative d’un monde nouveau qui prend doucement forme, d’un monde où l’Homme Africain ne se contente pas de s’élancer vers l’avenir pour reprendre une image propre à un Président hexagonal, incapable d’imaginer d’autres schémas que ceux hérités du colonialisme le plus paternaliste, mais dêtre  une composante à part entière de ce futur. Héraut et acteur à la fois. Leur son, puissant et inspiré arrime des chants scandés/rappés nourris de rage et d’amour aux rythmes des tambours et de la basse, entre rythmes zoulous, rock contagieux, gospel inspiré et soul enfiévrée.

La Chica, chanteuse et musicienne franco-vénézuélienne installée depuis des années à Belleville (Paris) livrera un show comme à chaque fois précis et sensible, seul devant les claviers de ses pianos et de ses machines. Certains d’entre-vous l’avez peut-être déjà entendu au tout début de l’année lors du tout premier Son de Notre Canebière aux Danaïdes. Si vous n’aviez pas encore pris le pli de ces rendez-vous mensuels, ne loupez pas cette éloquente séance de rattrapage.  

Et comme il ne saurait avoir de Global Local sans DJ, nous terminerons la soirée avec deux collectifs d’ici, deux collectifs féminins qui plus est : Wicked Girls (Lau et DJ Carie) et Pink Ponk (Pola Facettes et Notorious Bitch, un combo qui en a dans le string, si l'on en croit le dossier de presse, dossier qui ne livre d'ailleurs aucune preuve pour appuyer son propos). Conçu comme une battle XX, si l‘on ne s’en réfère qu’à leur identité chromosomique et XXL si l’on considère l’impact de leurs mixes croisés, cette fin de soirée est, toujours selon le dossier de presse, une expérience musicale et orgasmique inédite. Ça va couiner sur le dancefloor !

Nova aime Global Local. Restez à l’écoute du 105.7 à Marseille et gagnez des invitations : le mot de passe se trouve sur la page facebook Nova aime. Il est à cliquer ici-bas.

Samedi 7 octobre de 20h à 3h du mat au Docks des Suds (12, rue Urbain V – 13002 Marseille – Préventes : 17 € (hors frais) – 20 € sur place.