Aller au contenu principal

Murakami, Écoute le chant du vent

Jazz, nostalgie et étrangeté : découvrez avec cet opus les débuts du maître japonais.

28 juillet 2017
Par Quentis
murakami

Écoute le chant du vent : Au Japon, dans les années 1970. Un jeune homme use tous les soirs les sièges d’un bar miteux de sa ville natale. Là, il refait le monde autour d’une assiette de frites en compagnie de son meilleur ami, « le Rat ». Ensemble, ils lisent, écoutent de la musique, philosophent, regardent le temps passer, profitent de ces soirées douces et chaudes… Jusqu’au jour où surgit une femme mystérieuse, farouche, attirante, qui n’a que quatre doigts…

Flipper, 1973 : Le narrateur d’Écoute le chant du vent est désormais traducteur en freelance. Ressassant les souvenirs d’une ex-petite amie qui s’est suicidée, des manifestations étudiantes auxquelles il a assisté, il est perdu dans le passé. La nostalgie l’envahit et avec elle, le souvenir obsédant d’un vieux flipper qu’il adorait…

 

Haruki Murakami, né à Kyoto en 1949 et élevé à Kobe, a étudié le théâtre et le cinéma à l’université Waseda, avant d’ouvrir un club de jazz à Tokyo en  1974. Son premier roman Écoute le chant du vent (1979), un titre emprunté à Truman Capote, lui a valu le prix Gunzo et un succès immédiat au Japon. Suivront, La Course au mouton sauvage, La Fin des temps, La Ballade de l’impossible, Danse, Danse, Danse,  et  L'éléphant s'évapore. Exilé en Grèce en 1988, en Italie, puis aux États-Unis, où il écrit ses Chroniques de l’oiseau à ressort et Au sud de la frontière, à l’ouest du soleil, il rentre au Japon en 1995, écrit un recueil de nouvelles sur le séisme de Kobe, Après le tremblement de terre, une enquête sur l'attentat de la secte Aum, Underground, puis suivent Les Amants du Spoutnik, le superbe Kafka sur le rivage et 1Q84 tomes 1, 2 et 3. Plusieurs fois favori pour le Nobel de littérature, Haruki Murakami a reçu le prestigieux Yomiuri Prize et le prix Kafka 2006. Après L’Incolore Tsukuru Tazaki et ses années de pèlerinage, il autorise la publication d’Écoute le chant du vent suivi de Flipper, 1973, ses deux premiers romans inédits.
 
« Écoute le chant du vent et Flipper, 1973 sont précieux parce qu’ils sont les premières esquisses où se crayonnent, au fusain, les futures obsessions d’un ange du bizarre nommé Murakami. » — Le Temps
 
Traduit du japonais par Hélène Morita

Nova et les Éditions 10/18 vous offrent des exemplaires de ce livre ! Jouez au gratos en récupérant tout d'abord le mot de passe sur la page Nova Aime !