Aller au contenu principal
A rebours de l'évolution, l'homme de plus en plus con.

A rebours de l'évolution, l'homme de plus en plus con

La revue de presse de Marie Misset du 4 janvier.

Par Marie Missou

Tous les matins dans Plus Près De Toi, Marie Misset fait sa revue de presse. Et tous les matins également, on la retrouve désormais aussi en ligne sur Novaplanet, cette revue de presse, écrite en ligne comme elle est dite à l'antenne.

C'était mieux avant, c'est une rengaine qui revient sans cesse. Aujourd'hui par exemple, dans les pages du Figaro, où Pablo Larrain le réalisateur du film Neruda sur Pablo Neruda dit :
 
"Neruda a combiné politique et poétique très directement et très clairement / Plus personne ne serait capable de faire ça de nos jours, peut-être parce que les mots ne signifient plus grand-chose dans la confusion actuelle."
 
Les mots donc, c'était mieux avant. 
 
Et puis, la rengaine "c'était mieux avant" s'est installée aujourd'hui dans les pages Sciences & Médecine du Monde dans un domaine, où franchement à l'heure de l'homme augmenté à tous les étages, on ne l'avait pas vu venir :

 

 
Les homme c'était mieux avant. C'est en tout cas ce que déclare James Flynn cité par le Monde dans un article consacré aux limites que l'homme aurait atteint dans tous les domaines : "Nos enfants sont plus bêtes que nous, dit James Flyn dont les gosses doivent être ravis, et les leurs risquent bien d'être encore plus stupides"
 
Apparemment des baisses de QI aurait lieu dans tous les pays développé étudiés et James Flynn n'est pas le seul à nous trouver de plus en plus cons. En tout cas, James avance des explications à ce phénomène de débilité grandissante : "C'est la société qui propose de moins en moins d'emploi intellectuels et de plus en plus de jobs basiques. (...) Le cerveau est un muscle qu'il faut entretenir".
 
C'est sûr que, quand on tourne la page du Monde et qu'on tombe sur l'article de Pierre Barthélémy qui explique que le temps consacré à plier du PQ dans les hôtel du monde entier (vous savez quand vous arrivez dans un hôtel et que votre PQ est plié en triangle) serait de 10 millions d'heures par an, ce qui représente 5000 emplois à temps plein, on se dit que le travail n'aide pas toujours. 

 

plusieurs méthodes de pliages de pq
 
Bon si on est de plus en plus bête, autant rassembler nos capacités. Je ne sais pas si c'est le constat qu'ont dressé les participants au projet Human Lab mais force est de constater, que pour eux, la recherche avance plus vite. L'human Lab à Rennes veut développer la fabrication collective de prothèses. Valides et handicapés travaillent sur 5 projets de prothèses (prothèse auditive mais aussi main ou jambe robotisée), partagent leur projet en open source et en creative communs. C'est-à-dire que tout ce qu'ils font, ils le partage sans le breveter, et qu'à travers le monde, ceux qui utilisent leurs modèles de prothèses peuvent y apporter leurs améliorations et surtout les partager aussi.
 
Concrètement, ça veut dire qu'Amadou Amadou Souley, jeune brestois cité par Le Monde, pourra ouvrir son handi lab au Niger comme il le souhaite et fabriquer des prothèse beaucoup beaucoup moins chères pour ceux qui sont atteint de polio ou qui ont marché sur des mines. 
 
Une façon de créer un homme réparé, puis peut-être augmenté, de manière collective.
 
Et puis, si l'humain ne suffit plu, si le pauvre est de plus en plus bête et ne satisfait pas au désir de progrès, de record dépassé, de plus de plus, de toujours plus de certains, rassurons nous - ou pas - les robots prendront le relais.
 
Sur son site, le magazine futuriste Usbek et Rica a ainsi fait la liste des 5 domaines où le robot a surpassé l'homme en 2016. Meilleur au jeu de go, meilleur chirurgien, meilleur tueur (chouette), Usbek et Rica envisage même que le robot puisse être un meilleur amant. C’est l’entreprise Abyss Creations, spécialisée dans la fabrication de poupées de silicone, qui mettra sur le marché en 2017 un robot sexuel présentant toutes les apparences de l’humain.
 
Au congrès international sur l'amour et le sexe avec les robots (oui ce congrès existe, il s'est tenu à Londres le mois dernier), un chercheur suisse s'est inquiété : "si les robot surpassent les performances de l'homme, les rapports sexuels entre humains seront de plus en plus rares."
 
Allez, il est temps de revenir sur l'interview du réalisateur de Neruda dans le Figaro. De lui on retiendra cette phrase :
 
"je pense que la poésie est la seule chose qui peut nous sauver"