Aller au contenu principal

L'Europe est-elle sortie de l'Histoire ?

Le billet d'Eduardo Rihan Cypel, dans la matinale.

« L'Europe est-elle sortie de l'Histoire ? » Le billet quotidien d'Eduardo Rihan Cypel, ce matin sur Nova.

L'Europe est-elle condamnée à devenir un continent musée, un parc d'attraction géant pour les peuples des grandes puissances du nouveau siècle en cours ? L'Europe est-elle devenue définitivement un continent marginal, incapable de peser et d'imposer sa vision dans le nouveau monde en gestation ? C'est, je crois, le risque que nous courons si l'Union européenne continue sur le même chemin qui a amené notre Vieux Continent à refuser de devenir une puissance mondiale du 21ème siècle.

J'appartiens à la génération post-chute-du-Mur-de-Berlin. Nous n'avions pas encore quinze ans quand l'URSS et le bloc soviétique se sont effondrés. Notre génération a grandi dans le mythe, voire le dogme, de la "Fin de l'Histoire" professée alors dans un livre-bible célèbre par le philosophe américain Francis Fukuyama, qui prétendait que nous allions désormais vivre dans des démocraties libérales heureuses échappant enfin aux turbulences du monde et au tragique de l'Histoire. Je dois dire qu'ayant lu Hegel très tôt, dès ma Terminale, je n'ai jamais succombé à ces illusions naïves. Je savais que l'Histoire continuait de se faire et que le tragique était en son coeur. Avec son cortège de convulsions, de troubles et de guerres, l'Histoire était loin d'être finie. Non seulement elle se poursuivait mais elle avançait à la vitesse de la mondialisation et de la révolution numérique. 

Aujourd'hui, près de trente ans plus tard, l'Europe risque d'être marginalisée car elle ne sait pas qu'elle est sa grande tâche historique. Qu'elle est notre vision du nouveau monde qui se dessine ? Quel est notre projet pour aborder les grands défis du siècle ? Pensons-nous sérieusement que notre seul objectif est de gérer au mieux la vie de nos démocraties libérales en recherchant un optimum social ?

Crise économique et financière en 2008, crise des migrants, néo-terrorisme djihadiste, guerres et conflits à nos frontières : que dit, que fait l'Europe ? 

Alors que nous sommes la première puissance économique et commerciale du monde, objectivement. l'Europe peine à vouloir et à assumer un leadership mondial. Sans vision et divisée, l'Europe est condamnée à subir la Loi des grands de ce monde, Etats-Unis et Chine en tête. 

Face aux désordres géopolitique, économique et écologique, qui sont les trois grands défis historiques des temps présents, l'Europe peut peser, voire imposer, une vision et un chemin. 

Je plaide pour une Renaissance européenne. En revenant à notre foyer de sens originel, l'Humanisme, en se dotant des moyens de la puissance politique, l'Europe peut porter un nouvel ordre mondial fondé sur nos valeurs de démocratie et de liberté. 

Il est encore temps pour l'Europe d'échapper à la lente mais certaine marginalisation et sortie de l'Histoire. C'est, je crois, la tâche historique de ma jeune génération.  

Visuel : © Pixabay

Le Billet d'Eduardo Rihan Cypel
Emissions

Le Billet d'Eduardo Rihan Cypel

Par Eduardo Rihan Cypel
Tous les matins à 7H55

« Fin du livre et fin de la lecture ? »

« Fin du livre et fin de la lecture ? »

Le billet d'Eduardo Rihan Cypel, dans la matinale.

« Karl Marx, sans ses spectres »

« La pensée de Marx existera tant que le capitalisme existera »

La chronique d'Eduardo Rihan Cypel sur Nova.

« Sans l’espresso, la vie serait une erreur »

« Sans l’espresso, la vie serait une erreur »

La chronique d'Eduardo Rihan Cypel sur Nova.