Aller au contenu principal

Antoine d’Agata

Les photographies sonores de Paris Photo 2018

ANTOINE D'AGATA
Né à Marseille, France, en 1961 
LES FILLES DU CALVAIRE Paris
 
Le mur fourmille d’ombres dont émanent des ténèbres l'existence d’un corps fragile, en lutte, mis à mal, arraché à l'humanité.
 
Chaires mêlées, contorsionnée dans la moiteur indicible de l’image douloureuse cent fois vécue au tour du monde.   
 
L'installation d’Antoine d'Agata présente un ensemble de cent trente autoportraits. Parcours d’un homme-photographe, dont l'iconographie glisse lentement du journal photographique amorcé au Mexique dans les années 90 à l'écriture de scénarios de vie prémédités.
 
« Je documente ce que je vis pendant que je le vis, dans l'impossibilité d'exister hors de la photographie qui s'est greffée sur mes peurs et mes désirs, et s'en nourrit comme d'une chair vivante ».
 
L’accumulation des images et la répétition infinie ancre les visions d’un homme repoussant toujours plus loin les limites de sa propre existence, et nous autorise à saisir le sens, la nécessité et l'urgence d’une quête forcenée dont seules restent des traces, des fragments, des morceaux arrachés à la réalité.
 
Plus suggestion qu'identification, plus évocation que représentation, son travail est le fruit d’errances nocturnes associées à une part d'inconscience, conséquence de psychotropes, ses images versent dans le flou, la fuite jusqu'à un lyrisme noir et profond rarement atteint.

Antoine d’Agata - Les photographies sonores de Paris Photo 2018

Antoine d’Agata
Sao Paulo - 2009 
©Antoine d’Agata / courtesy Galerie Les filles du calvaire

Les photographies sonores de Paris Photo
Emissions

Les photographies sonores de Paris Photo