Aller au contenu principal

Marion Motin 4/5 : « Après chaque création, je suis en convalescence. La meuf est dead. »

Marion Motin à commencé le hip hop sous les néons du centres commerciaux parisiens, Italie 2, Créteil Soleil et Châtelet Les Halles, transformés en terrain de battle par elle et ses copains, à l’adolescence. Depuis Marion Motin a dansé pour Madonna sur une tournée internationale avant d’arriver exactement là ou elle voulait arriver : la chorégraphie. 

D’abord avec sa compagnie de hip hop Swaggerz composée uniquement de femmes, puis auprès de Stromae ou Christine and the queens. Les mouvements qu’elle a imaginés pour eux font aujourd'hui clairement partie de leur signature. Que ce soit ceux du corps long et souple de Stromae dans « Tous les mêmes » ou ceux, plus saccadés de « Chris

Toujours », elle part des corps des artistes qui viennent la chercher pour savoir comment danser, pour les aider à trouver les mouvements qui leur ressemblent le plus.

Cela vaut aussi pour elle-même, comme on l'a  vu dans un spectacle solo assez époustouflant qu’elle a présenté l’année dernière à la Villette, intitulé Massacre. Une mise en danse très libre de son processus de création. On peut également voir son travail en ce moment dans le freak show de Jean-Paul Gaultier, une revue autobiographique et déjantée pour laquelle elle a aussi créé la chorégraphie. 

C'est elle qui est passée récupérer Marie Transport dans une gare de RER, elles ont passe un bon moment dans un taxi peu loquace, avant de se rendre compte de leurs maladresses respectives en traînant à gare de Lyon.

Épisode 4

Dans cet épisode, Marion Motin évoque son processus de création qu’elle a mis en scène dans son seul en scène intitulé Massacre. Un processus cyclique qui passe par une petite mort, un réveil puissant, de l’euphorie, du déspesoir, un accouchement et re-une petite mort. 

Marie Transport
Emissions

Marie Transport

par Marie Misset
du lundi au vendredi à 8H20

Blick Bassy 3/5 : « Quand j’ai refusé de quitter le Cameroun, mon père a appelé un exorciste »

Blick Bassy 3/5 : « Quand j’ai refusé de quitter le Cameroun, mon père a appelé un exorciste »

Blick Bassy 2/5

Blick Bassy 2/5 : « Mon père avait les deux seuls boys blancs du Cameroun qui bossaient pour lui »

Blick Bassy 1/5 : « Mon grand-père et ma mère se sont cachés dans la forêt pour éviter la torture »

Blick Bassy 1/5 : « Mon grand-père et ma mère se sont cachés dans la forêt pour éviter la torture »