Aller au contenu principal

Dans les archives de la Book Box (30)

Voyage à Alger à la rencontre de collégiens et lycéens très inspirés, Trainspotting Begins avec une grosse colère de Francis Begbie… Souvenirs.

Monter aux archives. Dépoussiérer la machine. Et enclencher la fonction aléatoire du juke-box littéraire de Radio Nova, afin de piocher par les 7600 lectures effectuées depuis la création de la Book Box en septembre 2011. Prévoir un fauteuil, se servir un rhum ambré et appuyer sur « entrée ». Apprécier le grincement familier des rouages, des pistons et des turbines, voir ressurgir du passé des textes et parfois d’étonnants lecteurs, au hasard… Le tout, accompagné de raretés musicales exhumées des entrailles de notre station. Que la mémoire vive !

 

Au programme :

book box miano parole

 

- Leonora Miano lue par Sihem Benmussa, Ecrits pour la parole (« Egalité »).

 

- Adel Timsiline lu par lui-même, Harmonie.

 

- Rayan Dahmani lu par lui-même, Ce Silence qui m’a sauvé.

 

skagboys book box

- Azadieh Girod lue par elle-même, L’Homme de l’île de la peur.

 

- Irvine Welsh, Skagboys (« La Fureur du Dragon... Begbie »).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une émission conçue et animée par Richard Gaitet, réalisée par Sulivan Clabaut. Habillage des lectures algéroise : Guillaume Girault.

 

Visuel (c) « Gratte-ciel », signée Guillaume Jan, Alger, juin 2006.

Nova Book Box
Emissions

Nova Book Box

par Richard GAITET
Lundi-Jeudi 21H00-22H00

« Mets tes deux mains à l’intérieur, ouvre-moi comme un livre »

« Mets tes deux mains à l’intérieur, ouvre-moi comme un livre »

Collection lumineuse d’histoires de cul 100 % vraies, « L’Herbier sauvage » de Fabien Vehlmann s’offre un second tome illustré par David Prudhomme. Et toi, tu kiffes quoi ?

Pas bien Splendid

Pas bien Splendid

Dans son bref « essai sur la France des Bronzés », le critique Warren Lambert décortique ce rire fondamentalement bourgeois « qui endort, qui berce et qui matraque ».

Bayon : « La mélancolie règne »

Bayon : « La mélancolie règne »

Confesseur ténèbres de Gainsbourg ou Bashung, l’écrivain luxuriant libéré de Libération se livre sur « Ictus », récit à cœur ouvert d’une tétanisante amnésie passagère.