Aller au contenu principal

Dans les bobines de James Baldwin

Brasier inédit de l’auteur de « La Prochaine fois, le feu », qui décortiquait en 1976 les fantasmes et préjugés présents dans « L’Exorciste » ou « Lawrence d’Arabie ».

« Baldwin est un esprit extrêmement puissant, qui vous attrape, vous prend à la gorge, vous tire et vous oblige à regarder le soleil en face. Dans sa pensée radicale et sans concession, sans se contenter des apparences, jusqu’à la racine, il y a ceux qui subissent l’oppression raciste, à protéger, mais aussi ceux qui oppriment et qui sont en train de perdre leur humanité – et même à ces derniers, Baldwin parle avec des mots cinglants, mais pas hostiles. Des mots qui réveillent, mais pas des mots de haine, qui rejètent », nous disait il y a quelques mois, dans cette émission, l’ex-Garde des Sceaux Christiane Taubira.

baldwin nova book box

Elle évoquait ces « pages éblouissantes qui vous coupent la vue » signées de l’Américain James Baldwin (1924-1987), redécouvert en 2017 à la faveur de l’excellent documentaire de Raoul Peck, I am not your Negro, qui rappelait l’éloquence et le courage politique de l’auteur de La Prochaine fois, le feu.

Un nouveau brasier vient de s’allumer aux éditions Capricci : Le Diable trouve à faire, rédigé à Saint-Paul de Vence, publié aux Etats-Unis en 1976 et jusqu’ici inédit en français, bref recueil de réflexions souvent émouvantes sur certains films qui ont accompagnés sa vie, parfois malgré lui, de Naissance d’une Nation à L’Exorciste, de Lawrence d’Arabie à Dans la chaleur de la nuit, d’un biopic « cynique » de Billie Holiday à l’adaptation du roman J’irai cracher sur vos tombes de Boris Vian. La dernière séance d’un inlassable humaniste, écrite peu de temps avant que ne tombe le rideau noir.

Une émission imaginée et animée par Richard Gaitet, réalisée par Sulivan Clabaut. Programmation musicale : Guillaume Girault.

Visuel © Wikimedia Commons / Allan Warren

Nova Book Box
Emissions

Nova Book Box

par Richard GAITET
Lundi-Jeudi 21H00-22H00

« Mets tes deux mains à l’intérieur, ouvre-moi comme un livre »

« Mets tes deux mains à l’intérieur, ouvre-moi comme un livre »

Collection lumineuse d’histoires de cul 100 % vraies, « L’Herbier sauvage » de Fabien Vehlmann s’offre un second tome illustré par David Prudhomme. Et toi, tu kiffes quoi ?

Pas bien Splendid

Pas bien Splendid

Dans son bref « essai sur la France des Bronzés », le critique Warren Lambert décortique ce rire fondamentalement bourgeois « qui endort, qui berce et qui matraque ».

Bayon : « La mélancolie règne »

Bayon : « La mélancolie règne »

Confesseur ténèbres de Gainsbourg ou Bashung, l’écrivain luxuriant libéré de Libération se livre sur « Ictus », récit à cœur ouvert d’une tétanisante amnésie passagère.