Aller au contenu principal

David Lynch, mémoire hantée

Entrez dans « L’Espace du rêve », les histoires vraies du metteur en scène de « Twin Peaks » et « Mulholland Drive ».

lynch book box

« Un soir, alors que j’étais sorti avec mon frère, la nuit semblait magique car tout se fondait dans l’obscurité. Aujourd’hui, toutes les rues sont éclairées, mais dans les années 50, dans une bourgade comme Boise (Idaho), les réverbères diffusaient une lumière faible. Tandis qu’on déambulait au hasard des rues, une femme nue, à la peau très blanche, est apparue. Sans doute à cause de l’éclairage blafard, j’ai eu l’impression que sa peau avait la couleur du lait, que sa bouche était en sang. Elle titubait, visiblement dans un sale état. C’était un spectacle irréel. Elle se dirigeait vers nous sans vraiment nous voir. Mon frère s’est mis à pleurer et elle s’est assise sur le trottoir. Je voulais aider cette femme, mais je ne savais pas quoi faire. J’aurais dû lui demander : vous allez bien ? Vous avez mal quelque part ? Mais elle ne disait rien. Elle était terrifiée, blessée, et pourtant elle était magnifique. »

lynch book box

À 72 ans, David Lynch publie (enfin ?) ses mémoires. Rédigées avec son amie Kristine McKenna, critique et journaliste pour le New York Times, Vanity Fair ou le Washington Post, les 600 pages de L’Espace du rêve (éditions JC Lattès) ne dévoilent rien de fondamental sur le jeune peintre qui, en 1967, à 21 ans, sentit « une petite brise se lever » et vit comme un « vacillement fugace » « animer le tableau » qu’il était en train de réaliser - portrait d’un personnage debout au milieu de feuillages -, préambule mythologique de son cinéma, d’Eraserhead (1977) à la saison 3 de Twin Peaks (2017). Plutôt des confirmations sur la sensibilité mystérieuse, séductrice et joviale de l’auteur, à lire en complément du documentaire The Art Life de Jon Nguyen (2016), qui montrait l’artiste au travail et l’éveil d’une vocation.

twin peaks book box

Seront lus ce soir de nombreux extraits de cette biographie de Lynch commentée par lui-même, à propos de son enfance amoureuse, sa découverte capitale de la méditation transcendantale, les leçons de l’échec de Dune d’après le roman de Frank Herbert gonflées d’une histoire d’utérus conservé des années dans son propre frigo, ou les esquisses scénaristiques de Ronnie Rocket, polar électrique jamais tourné dont les idées rejaillirent aux quatre cents coins de son oeuvre.

Jusqu’à, sans doute, les dix-huit heures hallucinantes du retour de Twin Peaks, aujourd’hui décryptées par Pacôme Thiellement dans La Substance de ce monde (P. U. F.), selon qui la série  serait le récit de la « dette impayée de l’Amérique » et surtout  de la « dévastation du monde », face à laquelle nous devons nous « réveiller ».

twin peaks book box

Une émission imaginée et animée par Richard Gaitet, réalisée par Mathieu Boudon. Programmation musicale : Michael Liot.


Visuels © Showtime / Twin Peaks : The Return de David Lynch

Nova Book Box
Emissions

Nova Book Box

par Richard GAITET
Lundi-Jeudi 21H00-22H00

Flavien Berger voyage dans le temps !

Flavien Berger voyage dans le temps !

Dialogue et live science-fictionnels avec le compositeur du langoureux « Contre-temps », en public et en direct du Marché Dauphine de Saint-Ouen. Au pied d’une soucoupe volante !

François Schuiten : « La BD, c’est l’Atlantique à la rame, tous les jours »

François Schuiten : « La BD, c’est l’Atlantique à la rame, tous les jours »

Cofondateur des mythiques « Cités obscures », le dessinateur belge s’engouffre dans l’univers chéri de Blake et Mortimer pour une aventure pharaonique… qui signerait ses adieux à la BD. By Jove !

« Vous ne comprenez rien à la lune », par Alice Zeniter

« Vous ne comprenez rien à la lune », par Alice Zeniter

Un demi-siècle après Neil Armstrong et son grand pas pour l’humanité, la romancière de « L’Art de perdre » aborde le spleen des moonwalkers, le temps d'un duo récit-danse avec le chorégraphe Orin Camus.