Aller au contenu principal

« Et les Beatles montèrent au ciel »

Valentine Del Moral reconstitue minute par minute le dernier concert des Quatre Garçons Dans Le Vent (glacé), sur le toit d’Apple, le 30 janvier 1969. Get Back !

nbb

Le plus grand groupe de l’Histoire de la pop, au bord de l’implosion. Quarante-deux minutes, cinq chansons, neuf prises. Des spectateurs rares et amorphes, un froid de canard au congel', quasiment pas  d’applaudissements, les flics qui tambourinent à la porte quatre étages plus  bas... « Et les Beatles montèrent au ciel », comme le clame en couverture, dès le titre, un ouvrage érudit et malicieux à paraître le 20 juin aux éditions Le Mot et Le Reste. Dans lequel Valentine Del Moral – libraire, journaliste, illustratrice, diplômée de l’Ecole du Louvre et de muséologie – reconstitue minute par minute le dernier concert des Quatre Garçons Dans Le Vent (glacé), sur le toit d’Apple, le 30 janvier 1969 à Londres, en périphérie de l’enregistrement de l’album Let it be – quinze mois avant leur séparation officielle. Un mémorial humble et habile, qui provoque l’envie instantanée d’y récolter des anecdotes en réécoutant ce live éclair, légendaire et douloureux. Un demi-siècle après, John, Paul, George, Ringo : don’t let us down! 

nbb

Une émission imaginée et animée par Richard Gaitet, réalisée par Sulivan Clabaut.

Nova Book Box
Emissions

Nova Book Box

par Richard GAITET
Lundi-Jeudi 21H00-22H00

Alain Damasio : « Macron n’a aucune empathie pour le peuple » (2/2)

Alain Damasio : « Macron n’a aucune empathie pour le peuple » (2/2)

Suspendu aux ailes de ses « Furtifs », l’auteur de La Horde du Contrevent s’interroge sur la morgue « impériale » et « robotisée » du pouvoir présidentiel, l’avenir des Gilets Jaunes ou de la S.-F. et… répond aux questions de nos auditeurs.

Alain Damasio : « Quels degrés de liberté avons-nous perdus ? » (1/2)

Alain Damasio : « Quels degrés de liberté avons-nous perdus ? » (1/2)

Alerte aux « Furtifs » ! Dans l’angle mort de l’ultra-libéralisme, l’auteur de La Horde du Contrevent imagine des créatures indétectables capables de nous inciter à « déchirer la soie de nos cocons numériques ».

Sigolène Vinson : « Au crépuscule, le dernier homme se sentira-t-il apaisé ? » 

Sigolène Vinson : « Au crépuscule, le dernier homme se sentira-t-il apaisé ? » 

Fan avouée du « Transperceneige », cette romancière et journaliste pour Charlie Hebdo scrute à la jumelle les ravages de l’industrie pétrochimique sur l’étang de Berre.