Aller au contenu principal

Le Prix de la Page 111, édition 2017

Cérémonie de remise du prix le plus sérieusement absurde des lettres françaises, en public et en direct du Café de la Presse.

Parce qu’un bon livre, ouvert à n’importe quelle page, doit pouvoir intriguer, amuser, choquer, attrister, réjouir ou tourmenter son lecteur, et parce qu’à la page 111 de la pièce de théâtre Rhinocéros d’Eugène Ionesco on trouve ces deux mots magiques : « pourquoi pas ? », un jury, composé de 8 écrivains-journalistes-traducteurs-libraires-attachée de presse-homme-femme-gauchers-droitiers-grand et petits, ce jury, impartial mais porté sur un certain fétichisme numérologique, a créé en 2012 sur l’antenne de Radio Nova le désormais célèbre Prix de la Page 111. Nous revoici ce soir pour une Nova Book Box exceptionnelle, en public et en direct du Café de la Presse, 36 boulevard de la Bastille à Paris, pour cette 6e édition de ce prix littéraire très sérieusement absurde qui désignera la meilleure page 111 de la rentrée littéraire francophone.

Prix de la Page 111 : finalistes

Il s’agit d’examiner attentivement toutes les pages 111 de tous les romans écrits en langue française et publiés dans notre beau pays en cette rentrée littéraire, c’est-à- dire entre la fin du mois d’août et aujourd’hui, en considérant cette page 111 comme une œuvre d'art à part entière, du premier au dernier mot, du premier au dernier signe de ponctuation, comme si l’auteur n’avait rien écrit d’autre. En analysant cette page avec des techniques de pointe, en évaluant le style, le vocabulaire, la psychologie des personnages, la qualité des dialogues… De manière à la fois objective et forcément très subjective, pour tenter de répondre à ces questions : est-ce que la partie vaut pour le tout ? Est-ce que l’art de l’écrivain, sa maîtrise de la langue, des caractères et des situations, peut se lire aussi dans les détails, sur un fragment, sur une seule page ?

Avec, par ordre d’apparition, lues et analysées en 111 minutes :

  • Page 111 de Sous les serpents du ciel d’Emmanuel Ruben, lue par Sophie Garric.
  • Page 111 de Fief de David Lopez, lue par Judith Margolin.
  • Page 111 de Roi. de Mika Biermann, lue par Julien Goetz.
  • Interlude avec Diane Bonnot, via la page 111 d’Identités françaises de Brice Matthieussent.
  • Page 111 de Black Village de Lutz Bassmann, lue par Tania Dessources.
  • Page 111 de Sangliers d’Aurélien Delsaux, lue par Angeli Hucher de Barros.
  • Page 111 de Pourquoi les oiseaux meurent de Victor Pouchet, lue par Gérard Depardieu.

Une émission conçue et animée par Richard Gaitet avec le jury du Prix de la Page 111 : Julien Blanc-Gras, Marguerite Demoëte, Bertrand Guillot, Guillaume Jan, François Perrin, Charles Recoursé et Aude Samarut, réalisée par Sulivan Clabaut avec Emmanuel Baux. Programmation musicale : Michael Liot, avec Malo Williams.

111 remerciements à Nadine Gravelle, Mélanie Mallet, Théo Sébald, Quentin Buecher, Eva Sanchez, Esteli Hernandez-Ortiz, Massinissa Naït Mouloud, Benoît Thuault, ainsi qu’aux équipes de la librairie Gibert Barbès et du Café de la Presse.

Nova Book Box
Emissions

Nova Book Box

par Richard GAITET
Lundi-Jeudi 21H00-22H00

Flavien Berger voyage dans le temps !

Flavien Berger voyage dans le temps !

Dialogue et live science-fictionnels avec le compositeur du langoureux « Contre-temps », en public et en direct du Marché Dauphine de Saint-Ouen. Au pied d’une soucoupe volante !

François Schuiten : « La BD, c’est l’Atlantique à la rame, tous les jours »

François Schuiten : « La BD, c’est l’Atlantique à la rame, tous les jours »

Cofondateur des mythiques « Cités obscures », le dessinateur belge s’engouffre dans l’univers chéri de Blake et Mortimer pour une aventure pharaonique… qui signerait ses adieux à la BD. By Jove !

« Vous ne comprenez rien à la lune », par Alice Zeniter

« Vous ne comprenez rien à la lune », par Alice Zeniter

Un demi-siècle après Neil Armstrong et son grand pas pour l’humanité, la romancière de « L’Art de perdre » aborde le spleen des moonwalkers, le temps d'un duo récit-danse avec le chorégraphe Orin Camus.