Aller au contenu principal

L’imprévisible Frederik Peeters

Une heure avec l’auteur suisse de « Pilules bleues » et d’« Aâma », pour frémir et réfléchir devant « L’Homme gribouillé », curieux thriller pluvieux qui mute en incroyable conte fantastique, créé avec l’écrivain Serge Lehman.

PEETERS

Né du fantasme de réaliser « un manga à l’européenne » conjoint au désir romanesque de puiser « dans le réservoir d’étrangeté des temps anciens », du folklore juif d’Europe centrale en becquetant au passage les secrets de la grande Histoire, L’Homme gribouillé est un curieux thriller pluvieux qui mute vite en incroyable conte fantastique, dessiné par le Suisse Frederik Peeters et imaginé avec l’écrivain français Serge Lehman (éditions Delcourt). Déployant son « burlesque noir » sur plus de trois cents pages, L’Homme gribouillé est aussi – et surtout – une affaire de femmes sur trois générations, aux prises avec un drôle d’oiseau : un homme violent, recouvert d’un manteau de plumes noires, masqué de blanc, aux allures de serin diabolique, qui, à Paris en 2015, apparaît dans leurs vies pour réclamer son dû. Ce qui amènera Betty Couvreur et sa fille Clara à enquêter sur leurs origines dans des bâtisses brumeuses du Doubs…

 

PEETERS

 

Une BD aussi imprévisible dans son récit que dans sa mise en scène, à l’image de l’artiste qui ne cache pas beaucoup derrière ses pinceaux : Frederik Peeters, 43 ans, construit d’album en album une œuvre ne s’empêtrant pas dans la répétition. Qui aurait pu dire, il y a quinze ans, que l’auteur du bouleversant Pilules bleues, récit autobiographique d’une histoire d’amour dont l’un des deux protagonistes est atteint du sida, serait aussi celui de Lupus et d’Aâma, fresques ambitieuses de science-fiction intuitive et psychédélique ? Que le dessinateur de R. G., immersion captivante dans le quotidien des Renseignements Généraux en compagnie d’un certain Pierre Dragon, flic du sud-ouest taillé comme King-Kong… serait aussi celui de L’Odeur des garçons affamés, un beau western « perverti », détourné de ses codes les plus virils, avec Loo Hui Phang, cette scénariste qui fume le cigarillo ?  

pilules bleues

Nous avons une heure pour parler de cet éclectisme avec Frederik Peeters, ainsi que du choc esthétique et philosophique de sa lecture adolescente de Siddhartha de Hermann Hesse, des limaces à moustache de Tezuka et du roman culte Les Saisons de Maurice Pons.

 

Une émission conçue et animée par Richard Gaitet, réalisée par Sulivan Clabaut. Avec la participation de Loo Hui Phang.

Nova Book Box
Emissions

Nova Book Box

par Richard GAITET
Lundi-Jeudi 21H00-22H00

Alain Damasio : « Macron n’a aucune empathie pour le peuple » (2/2)

Alain Damasio : « Macron n’a aucune empathie pour le peuple » (2/2)

Suspendu aux ailes de ses « Furtifs », l’auteur de La Horde du Contrevent s’interroge sur la morgue « impériale » et « robotisée » du pouvoir présidentiel, l’avenir des Gilets Jaunes ou de la S.-F. et… répond aux questions de nos auditeurs.

Alain Damasio : « Quels degrés de liberté avons-nous perdus ? » (1/2)

Alain Damasio : « Quels degrés de liberté avons-nous perdus ? » (1/2)

Alerte aux « Furtifs » ! Dans l’angle mort de l’ultra-libéralisme, l’auteur de La Horde du Contrevent imagine des créatures indétectables capables de nous inciter à « déchirer la soie de nos cocons numériques ».

« Et les Beatles montèrent au ciel »

« Et les Beatles montèrent au ciel »

Valentine Del Moral reconstitue minute par minute le dernier concert des Quatre Garçons Dans Le Vent (glacé), sur le toit d’Apple, le 30 janvier 1969. Get Back !