Aller au contenu principal

Ne zapper ni Zappa ni Mozart

Polyphonie de livres musicaux : la jeunesse de Mozart en BD par Frantz Duchazeau, un scénario pataphysique de Frank Zappa, ou les mémoires de Johnny Marr. Zou !

zappa book box

« Nous vivons dans une époque tellement conformiste et d’un conservatisme si suffocant, que la notion de marginal doit être reconnue et célébrée », clame l’Anglais Johnny Marr, guitariste des Smiths, dans ses mémoires Set the boy free à paraître dans une dizaine de jours aux éditions du Serpent à plumes. À ne pas zapper, donc : Them or Us, le scénario hautement pataphysique rédigé par Frank Zappa en 1985 en réaction aux fondamentalistes religieux camouflés dans l’ombre du gouvernement Reagan, réédité par la Philharmonie de Paris.

boy free book box

Ne pas zapper non plus la bande dessinée Mozart à Paris, par Frantz Duchazeau, sur les années de dèche du génie précoce de Salzbourg (Casterman). On se rappellera aussi des débuts confidentiels parallèles de Katerine et Dominique A, « frères de son », « deux faces d’une même pièce, complémentaires et indissociables, solaire d’un côté, sombre de l’autre », confessés par le second dans sa Vie en morceaux (Flammarion), ainsi que du premier concert de Bertrand Belin croqué par Cathy Karsenty dans ses Souvenirs pop (éditions Hélium). Polyphonie de livres musicaux, choeur choeur choeur.

mozart book box

Une émission imaginée et animée par Richard Gaitet, réalisée par Juste Bruyat. Programmation musicale : Michael Liot.


Visuel (c) illustration Frantz Duchazeau, Mozart à Paris, éditions Casterman.

Nova Book Box
Emissions

Nova Book Box

par Richard GAITET
Lundi-Jeudi 21H00-22H00

« Mets tes deux mains à l’intérieur, ouvre-moi comme un livre »

« Mets tes deux mains à l’intérieur, ouvre-moi comme un livre »

Collection lumineuse d’histoires de cul 100 % vraies, « L’Herbier sauvage » de Fabien Vehlmann s’offre un second tome illustré par David Prudhomme. Et toi, tu kiffes quoi ?

Pas bien Splendid

Pas bien Splendid

Dans son bref « essai sur la France des Bronzés », le critique Warren Lambert décortique ce rire fondamentalement bourgeois « qui endort, qui berce et qui matraque ».

Bayon : « La mélancolie règne »

Bayon : « La mélancolie règne »

Confesseur ténèbres de Gainsbourg ou Bashung, l’écrivain luxuriant libéré de Libération se livre sur « Ictus », récit à cœur ouvert d’une tétanisante amnésie passagère.