Aller au contenu principal

Sous les lunettes de Théodore Poussin

De retour en librairies via son héros myope et vertueux, le dessinateur Frank Le Gall convoque à la barre ses maîtres : Stevenson, Dickens ou Steinbeck, lors d’une interview au long cours.

Le dernier voyage de l'Amok

Il réapparaît barbu, en guenilles, une pinte de bière fraîche à demi entamée sous le nez, au beau milieu d’un bar enfumé, bondé, « un mastroquet de seconde zone » de Singapour en 1934. Théodore Poussin, le héros légendaire et myope de Frank Le Gall est de retour en librairies ! Depuis son départ de Dunkerque dans l’inaugural Capitaine Steene (en 1984, dans les pages du journal Spirou), Théodore bourlingue à la recherche de lui-même, à la croisée de rajah blanc et de mangeur d’archipels, errant dans une Asie mythique et indocile tel un matelot inquiet échappé d’un roman de Conrad. « Dix-huit centaines d’îles. Dont quatre seulement sont habitées. Voici l’une d’elles. Elle est des plus modestes, de peu d’intérêt, et ignorée des routes maritimes. » C’est pourtant cette île à la noix – de coco – que Poussin va tenter de reconquérir à tout prix lors de cette treizième aventure, sanglante, Le Dernier voyage de l’Amok (éditions Dupuis), qui demanda deux à trois ans de travail à son auteur. Cela se voit et s’apprécie : cadres, silhouettes, découpage, paysages et dialogues sont d’une précision de bosco qui en a long sous la casquette.

Franck Le Gall

Récompensé à deux reprises au festival d’Angoulême (prix du meilleur album en 1989, prix du public en 1993), Frank Le Gall, 58 ans, a toujours eu pour « cheval de bataille » de « faire entrer la littérature dans la bande dessinée ». Sur le pont de notre humble jonque radiophonique, il éclaire le foisonnement romanesque à l’œuvre dans sa saga maritime et convoque à la barre ses maîtres, Dickens, Mark Twain, Steinbeck ou Robert Benchley, sans oublier de nous lire à voix haute un extrait du roman Voyage de Sterling Hayden (1976), ni de nous donner des pistes à propos du prochain épisode… semi-fantastique. « L’avantage d’une série qui avance dans le temps, c’est que je vieillis avec mon personnage. Il se nourrit de mes expériences. »

Franck Le Gall

Une émission conçue et animée par Richard Gaitet, réalisée par Sulivan Clabaut.

Vidéo : Clémentine Spiler 

Cet entretien s’appuie sur ceux menés par José-Louis Bocquet et Philippe Ghielmetti dans Les Cahiers Théodore Poussin, également disponibles aux éditions Dupuis.

 

 

Nova Book Box
Emissions

Nova Book Box

par Richard GAITET
DImanche 12H00-13H00

Parler la langue des oiseaux, avec Perrine En Morceaux

Parler la langue des oiseaux, avec Perrine En Morceaux

Cette alchimiste de la pop expérimentale fait son nid sur la scène du Nouveau Théâtre de Montreuil, pour un live aérien, composé à partir de chants d’oiseaux et entremêlé de lectures où les piafs jouent un rôle essentiel.

« Carte de séjour, la brûlure. »

« Carte de séjour, la brûlure »

Brigitte Giraud signe et déclame un texte inédit sur l’épopée électrique du groupe originel de feu Rachid Taha, « sa subversion, sa vitesse et sa sensualité », enregistré à la Maison de la Poésie de Paris, en compagnie du guitariste Christophe Langlade.

Le petit Prince, pour mémoire

Le petit Prince, pour mémoire

Poussières d’étoile sur la planète pourpre : examen au télescope des mémoires inachevés du Kid de Minneapolis, « The Beautiful Ones ». Soit le récit – très bref, mais lumineux – de son enfance et de ses premiers contacts avec la musique.