Aller au contenu principal

« Roman Porno » : une histoire érotique du Japon

Quand le cinéma japonais allait fouiller sous les jupes des filles, c’était pour mieux coucher une crise identitaire sur le divan.

 En 1971, la Nikkatsu est en déroute. Pour rameuter le public dans les salles, ce studio japonais invente le Roman Porno, sidérante odyssée érotique dans les névroses nipponnes, pour autant de trésors secrets, entre séries B (comme baroque) encanaillées et psychanalyse de la société japonaise. Un splendide coffret façon best-of revient sur un genre, encore capable quarante ans plus de tard de laisser le cul par terre par sa vision âpre ou ses audaces.


Roman Porno : Une histoire érotique du japon. 

Visuel © Eléphant films

Pop Corn
Emissions

Pop Corn

par Alex Masson

« Invisible Man » de Leigh Whannell

« Invisible Man » de Leigh Whannell

Le reboot de L’Homme invisible s’adapte à l’époque pour rendre visible les violences sur les femmes.

« And Soon the Darkness » de Robert Fuest et « Fright » de Peter Collinson

« And Soon the Darkness » de Robert Fuest et « Fright » de Peter Collinson

Dans les années 70, les cinéastes anglais laissaient tomber le flegme pour foutre la trouille.

« Queen & Slim » de Melina Matsoukas

« Queen & Slim » de Melina Matsoukas

Le noir est décidément une couleur qui interroge le cinéma américain. « Queen & Slim », lui renvoie des réponses bien senties.