Aller au contenu principal

Être oisif avec Robert Louis Stevenson (2/3) : l’appétit des oisifs

Un été à ne rien faire épisode 29.

On poursuit notre lecture d'Une Apologie des oisifs, signée Robert Louis Stevenson, le romancier voyageur écossais, qu'il écrivit quelques années avant L'Île au trésor. On entendait hier ce qu'il pensait de l'école buissonnière : un lieu essentiel pour la formation de l'honnête homme. Eh bien Stevenson poursuit, en constatant que l'oisiveté est une qualité, au regard du comportement sans variété, sans diversité des fanatiques du travail.

Vous avez loupé l'épisode 1 ? Pas de panique il est juste ici.

Et le final de cette valse à trois temps avec Stevenson c'est par .

Visuel (c) Wikimedia Commons / trussel.com / Knox Series

Un été à ne rien faire (méthode)
Emissions

Un été à ne rien faire (méthode)

par Thomas Baumgartner
Lundi-vendredi à 8h57

Un été à ne rien faire du 16 août 2018

L’otium et Sénèque : une philosophie du ne-rien-faire dans la cité

Un été à ne rien faire épisode 34.

Un été à ne rien faire du 15 août 2018

Quatre heures de travail par jour

Un été à ne rien faire épisode 33.