Aller au contenu principal
 « Sila » : l’escapade de Molécule au Groenland

« Sila » : l’escapade de Molécule au Groenland

Électro polaire d’un véritable explorateur du son.

Par Bastien Stisi

Cinq semaines sur un chalutier, égaré au cours des mers de l’Atlantique Nord. Des vagues couvertes d’écume, des bruits d’orages bruyants et de tempêtes iodées, et les murmures de la mer, captées par l’oreille attentive d’un navigateur, qui a également la particularité de s’avérer être producteur (Romain Delahaye, alias Molécule), parti des environs de Saint-Malo jusqu’à très haut, là où rien n’a encore été modifié, à la source du son en pleine mer.

L’expédition sonore de Molécule avait donné lieu à un album, 60° 43 Nord (paru chez le très libre label Mille Feuilles, qu’il a créé), mêlant field recordings et musique électronique (techno et electronica surtout). Une oeuvre discographique pleine d’une audace véritable. C’était il y a trois ans, et que ce soit dans la cale humide d’un bateau comme dans la cave bruyante d’un club, la recette fonctionnait alors parfaitement.

L'Atlantique, puis l'Arctique

Convaincu par ce périple atlantique, Molécule a repris, il y a quelques semaines, la route des chemins sans béton. Embarqué, cette fois, pour la banquise du Groenland et du territoire arctique, afin de capter, là encore, toute la virginité délicate d’un territoire encore largement inexploré. Trente-six jours au milieu des glaciers, des inuits et des ours polaires à la recherche de nouvelles sonorités : le projet est là encore, vertigineux. 

« Sila » en est le premier extrait. En Groenlandais, on nous indique (car bon, on l’ignorait) que le mot renvoie à l’idée de « nature », d’« esprit ». Soit une belle idée de ce que Molécule veut dire, via ce premier morceau dont le clip se trouve réalisé par Morgan Beringer. Chant spirituel et organique porté par le rythme, lancinant, d’une electronica house pleine de vertige et de mysticisme.

Une première étape qui donne une envie réelle de se projeter, très vite, vers  - 22.7°C, température affreusement basse nommant l’album de Molécule qui arrive, début 2018. Que le voyage soit bon.

En concert le 8 mars à l'Élysées Montmartre.

Visuel : (c) clip de « Sila » de Molécule