Aller au contenu principal
« Sorry to Bother You » : le brûlot anticapitaliste de Boots Riley

« Sorry to Bother You » : le brûlot anticapitaliste de Boots Riley

Le premier film de Boots Riley à découvrir en avant-première, via « L’Oeil de Nova ».

Par La rédac

Pour bien commencer l'année 2019, Radio Nova vous invite à son ciné-club L'Oeil de Nova le jeudi 24 janvier au Cinéma des Cinéastes !

Au programme de cette séance : la projection de Sorry to Bother You de Boots Riley, à découvrir en avant-première grâce à Nova, un film que notre chroniqueur ciné Alex Masson à particulièrement aimé :

Finalement, au cinéma, tout est peut-être plus question de voix que d’image. Avant de faire ses premiers pas au cinéma avec Sorry to Bother You, Boots Riley avait en effet déjà donné de la sienne en étant le leader de The Coup, formation hip-hop bousculant les règles du genre avec des morceaux fricotant avec des sonorités funky pour mieux envoyer une sauce politique à la Public Enemy.

Pour son premier film, Riley  joue la même carte en camouflant sous une façade de bricolages aussi ébouriffés que fait main à la Michel Gondry, ou un art du trompe-l’œil à la Spike Jonze, une gueulante carabinée contre les aléas du capitalisme.

Le message passant par une voix, celle que Cassius, un employé de télémarketing se découvre. Il est noir, mais quand sa tessiture devient blanche, elle fait cracher le cash à ceux qu’il appelle pour leur vendre tout et n’importe quoi. Sans se rendre compte qu’il participe au lavage de cerveau de la multinationale qui l’embauche et de son plan diabolique d’asservissement des masses Sorry to Bother You est un OVNI, connectant pour une mise à jour les dystopies grinçantes des épisodes de Twilight Zone au cinéma militant de la blaxploitation façon Melvin Van Peebles. Ou comment conjuguer divertissement et tribune engagée. 

Autrement dit, un creuset bouillonnant mais cohérent dans son propos et sa rogne. Face à l’endormissement du prolétariat par les pontes du CAC 40, Riley monte les barricades d’un chaos créatif, pousse les curseurs de l’absurde aussi loin que les mécanismes esclavagistes de la start-up nation.

En proposant un mode d’emploi pour faire tomber les tours d’ivoires d’un système économique toujours plus glouton, Sorry to Bother You confirme l’émergence d’un nouveau cinéma noir américain, de Get out à Black Panther, infiltrant les codes de celui des studios hollywoodiens pour porter ses revendications. Et surtout affirmer que non, vu l’état social actuel, il ne faut plus être « désolé de vous déranger ». Au contraire.

En salles le 30 janvier

★ INFOS PRATIQUES ★

🎬 20h : Début de la projection
🍹 22h : Cocktail au bar du cinéma
👉 Gratuit sur invitations, dans la limite des places disponibles.

Le Cinéma des Cinéastes
7 Avenue de Clichy, 75017 Paris
Métro ligne 2 ou 13 : Place de Clichy

À la suite de la projection, retrouvons-nous pour un cocktail au bar du cinéma ! Plus d'infos, par ici.

Visuel : (c) Sorry to Bother You