Aller au contenu principal

Spotify accusé de ne pas payer les droits de 21% de son catalogue

Un éditeur réclame 1,6 milliards de dollars.

Par Jean Morel

Alors que l'estimation de sa valeur avoisine aujourd'hui les dix-neuf millards de Dollar, Spotify, le service suédois de streaming musical n'a jamais été aussi proche de l'adage cher à Notorious Big : « Plus d'argent, plus de problèmes ».

D'après un papier du Hollywood Reporter, l'entreprise de service musical fait face à un procès qui pourrait lui coûter un milliard 600 000 euros.

Wixen Music Publishing, qui représente des artistes majeurs comme Zach de La Rocha et Tom Morello de Rage Against The Machine, Neil Young, Kim Gordon de Sonic Youth ou bien encore Dan Auerbach des Black Keys, accuse la plateforme d'utiliser des morceaux, comme le mythique « Light My Fire » des Doors, sans s'être véritablement acquitté des droits conformément à la loi en vigueur aux États-Unis.

Mais Wixen va même beaucoup plus loin. La compagnie affirme que 21% des 30 millions de morceaux du catalogue Spotify ne sont pas aux normes en termes de droits d'auteurs. Wixen a donc transmis une liste de 10.784 chansons pour lesquelles Spotify ne serait pas en règle.

« Alors que Spotify est devenu une entreprise multimilliardaire, les compositeurs de musique et leurs éditeurs, comme Wixen, n'ont pas pu profiter du succès de Spotify de manière juste et équitable puisque Spotify, à plusieurs reprises, a utilisé leur musique sans en avoir les droits, et sans donner compensation financière » peut-on retrouver dans le document adressé par Wixen à Spotify à retrouver ci-dessous.

Ça n'est pas la première fois que Spotify fait face à de tels procès, le géant suédois avait subi les mêmes attaques en 2016 et en 2017.