Aller au contenu principal
Sur Twitter, le staff de Trump se fait passer pour lui en imitant ses fautes d’orthographe

Sur Twitter, le staff de Trump se fait passer pour lui en imitant ses fautes d’orthographe

Malin.

Par Clémentine Spiler

C’est une information que le Boston Globe a grappillé auprès de communicants de la Maison-Blanche. Pour se faire passer pour le Président sur Twitter, son moyen de communication préféré, ses assistants s’obligeraient à faire des fautes de grammaire et de syntaxe. Un tweet trop formel ou trop bien écrit trahirait que l’auteur du message n’est pas le président.

« Les employés qui font des propositions de tweets emploient intentionnellement une grammaire suspecte et une syntaxe décousue pour imiter le style du président. (…) Ils ont un usage exagéré des points d’exclamation. Ils mettent certains mots en majuscule pour créer de l’emphase. Des fragments. Des idées liées de manière hasardeuse. Tout cela fait partie d’un processus qui n’est pas aussi spontané que ce que le feed Twitter de Trump pourrait laisser penser », analyse le Boston Globe.

@realdonaldtrump pas si real

Depuis longtemps, avant même l’élection de Donald Trump, on se demandait lesquels de ses tweets étaient de lui. Une analyse poussée avait démontré que les tweets les plus énervés, parfois postés à 3 heures du matin et depuis un téléphone Android provenaient du candidat, alors que les messages plus formels postés à l’iPhone étaient ceux de son staff. Depuis l’élection, les messages se sont progressivement uniformisés. Mais le processus n’en est pas moins scruté, surtout maintenant que Trump peut déclencher une guerre nucléaire en signifiant à Kim Jong-un qu’il est « petit et gros ».

En mars 2017, les data-journalistes du site d’informations The Atlantic s’aperçoivent que la quasi-totalité des tweets de @realdonaldtrump sont désormais postés à l’iPhone. Le président avait-il troqué son Samsung Galaxy contre un iPhone ? Ou son staff avait-il enfin pris les choses en main en l’empêchant de tweeter ? 

Pour en savoir plus, le média a créé Trump or Not, un outil basé sur une intelligence artificielle qui parvient à déterminer avec plus ou moins de précision si le tweet a été écrit par le président lui-même. L’algorithme se base sur des habitudes d’écriture. Par exemple, Donald a tendance à se mentionner lui-même (@realdonaldtrump) dans ses tweets, puisqu’il s’auto-cite assez régulièrement. Il utilise peu de hashtags, mentionne régulièrement @foxnews et mets des espaces là où il ne devrait pas y en avoir. Selon l'analyse du bot, la plupart des tweets continueraient en majorité d'être écrits par le Président. À moins que l’un de ses communicants ne l’imite à la perfection. 

Visuel © Getty Images / Bloomberg