Aller au contenu principal
Nova Classics : « Ya Rayah » de Rachid Taha.

« Ya Rayah » : l’immense classique de Rachid Taha

Nova Classics : « Ya Rayah » de Rachid Taha.

Par Isadora Dartial

Cet été, Radio Nova revisite ses propres classiques : les raretés de tout bord qui rythment notre antenne, de la soul-funk au hip-hop en passant par les musiques afro-latines et la pop.  Aujourd'hui, un Nova Classics forcément un peu particulier, puisqu’il s’agit de « Ya Rayah » de Rachid Taha.

Le Nova Classic du jour est dédié à Rachid Taha, qui vient de nous quitter, et dont l’histoire musicale a accompagné nos ondes depuis le début des années 80, dans la sono mondiale, rayon raï option rock. Il y a bien sûr Carte de Séjour, le premier groupe de Rachid, mais le classique que l’on écoute ce matin est un tube, son grand tube puisqu’il s’agit de « Ya Rayah ». Un titre sorti sur son deuxième album solo en 1993 mais qui se retrouvera cinq ans plus tard dans son disque de reprise, Diwan.

Diwan, album dont Rachid allait fêter les vingt ans à la fin du mois à l’Opéra de Lyon, accompagné par un orchestre philharmonique. Dans cet album, se trouve la relecture du « Ya Rayah » de Dahmane El Harachi, grande figure du chaâbi algérien dont Rachid Taha était un grand admirateur. De Dahmane, il dira dans les pages de Libération qu’il est le « Woodie Guthrie algérien ». « Ya Rayah », ce chant de l’exil dans lequel il est question d’amour, mais aussi de démystification, fera danser le monde entier, sous les notes de Rachid Taha. La chanson sera reprise en grec, en chinois ou encore en hindi. Ce morceau représente certainement très justement, le trait d'union que Rachid Taha a tracé entre les musiques traditionnelles et le rock, l’Algérie et le reste du monde.

Visuel : (c) Wikipédia / Creative Commons / Les Hotels Paris Rive Gauche - AlainB