Aller au contenu principal

Youtube s’excuse auprès de sa communauté LGBT+

Mais ne propose rien de concret.

Par Clémentine Spiler

C’était le dernier jour de Pride Month, le mois des fiertés pendant lequel les communautés LGBT+ sont mises à l’honneur. Ce 30 juin, Youtube a fini par s’excuser. Depuis de nombreux mois, la communauté de créateurs LGBT+ de la plateforme se plaint de sa politique publicitaire. Des vidéos traitant de sujets propres à ces communautés, comme le coming out ou les transitions ont été démonétisées ou sont inaccessibles en mode restreint (un mode recommandé dans les écoles et sur les ordinateurs accessibles aux enfants). Des publicités homophobes ont également été apposées à certaines de ces vidéos.

« Nous sommes fiers des incroyables voix LGBTQ sur notre plateforme et le rôle important que vous jouez dans la vie des plus jeunes. Mais nous avons aussi manqué de soutien envers la communauté LGBTQ sur certains aspects - des publicités inappropriées et des questionnements sur notre politique de monétisation », a reconnu Youtube. 

« Nous avons pris des mesures concernant les publicités allant à l’encontre de notre politique, et sommes en train de renforcer nos méthodes d’application des règles. Et lorsque nous entendons des remarques sur la manière dont nous monétisons les vidéos, nous les prenons au sérieux et faisant des améliorations si nécessaire. Il est très important pour nous que la communauté LGBTQ se sente en sécurité, bienvenue, à égalité, et soutenue sur Youtube. Votre travail est incroyablement puissant et nous nous engageons à travailler avec vous pour mieux faire. »

Ce n’est pas la première fois que Youtube s’excuse. Et la rhétorique « nous voulons faire mieux » est un grand classique chez tous les géants de la Silicon Valley pour sauver la face. La communauté LGBT+ de Youtube n’est pas dupe. De nombreux tweets en réponse à ce communiqué dénoncent le temps qu’il a fallu à Youtube pour s’excuser, ainsi qu’une forme d’opportunisme, de « pinkwashing », à s’excuser pendant Pride Month sans pour autant proposer de solutions concrètes.