Aller au contenu principal
Mawimbi présente Onipa : nouvelle folie afro-electro

Mawimbi présente Onipa : nouvelle folie afro-electro

Attention, ça flambe.

Par Bastien Stisi

Mawimbi, ce collectif dont les membres envisagent, depuis 2013, des passerelles entre musiques électroniques et musiques venues d’Afrique, métissage culturel et sonore qui prend la forme de soirées, de DJ sets, de compilations, ou de remixes (comme leur dernier en date, celui du petit tube « Comme si » du trio Evergreen) profite également de leur structure pour sortir et soutenir les projets d’artistes possédant la même passion pour les rythmiques tribales et les chants donnant une furieuse envie de remuer chacune des parties que le corps possède.

Aujourd’hui, Mawimbi présente ainsi, en partenariat avec le label Wormfood London le projet ONIPA, duo londonien né d’une collaboration entre Tom Excell (Nubiyan Twist) et K.O.G, alias Kweku of Ghana qui donne une vague impression de se retrouver confrontés aux descendants, légitimes et respectueux, de Konono n°1 ou de Staff Benda Bilili, pourvus de la même passion pour les rythmiques excentriques et les flows hyper dynamiques. « Sanza électrifiée, synthétiseurs et boîtes à rythmes shangaan, kora mandingue, rythmes et guitares soukous », dit-on côté Mawimibi, qui maîtrise bien l’affaire.

onipa open my eyes

Après la sortie d’un premier single, « Open My Eyes », en juillet, en voici un deuxième, « Woza », qui introduit un EP qui arrive le 7 septembre, un morceau accompagné d’un clip que nous explique son géniteur : « Woza, c’est une manière d’exprimer la magie de se connecter avec les gens à un niveau extrêmement simple, mais très beau, par le biais de la musique, et qui donne une très grosse envie de danser et d’oublier le stress. Les paroles, elles, parlent tout simplement d’acheter des chaussures à bon marché. Il y a cette idée dans le clip, dans lequel deux vendeurs proposent des chaussures magiques en échange de deux cedis (la monnaie ghanéenne). L’esprit de la musique réside à l’intérieur de ces chaussures : en les portant, les gens se trouvent dans l’obligation de se mettre à danser. »

Visuel : (c) capture d'écran Youtube