Aller au contenu principal

Philippe Garnier : « John Fante, Nick Tosches, Hollywood, l’Amérique et moi... » (2/2)

Traducteur de Fante ou Bukowski, l’ex-correspondant de Libération à Los Angeles signe une biographie minutieuse sur « le drame, la grandeur et les coups de gouvernail » de l’acteur-auteur Sterling Hayden.

« Je vais au cinéma par hasard et, sans être annoncé, Burt Lancaster est dans le lobby. J’écris quatre pages. Il est mort ? Il sort un film ? Non. Ça m'est arrivé, c'est tout. C'était comme des appels d'air, sortis du ronron médiatique. » De son propre aveu, les articles signés Philippe Garnier dans Libération, dont il fut le correspondant à Los Angeles de 1981 à 2008, étaient « excentriques, éclectiques, insupportablement ramenards ». On ajoutera : obsessionnels, érudits, bossés comme rarement, pour parler du meurtre « idiot, miteux, sordide » du soul singer Sam Cooke, des mémoires de Louise Brooks ou du « côté plomberie » du travail de l’écrivain Robert Littell, voire de « tel dessinateur du magazine Mad, telle strip-teaseuse, ou le mec qui s'occupait de Faulkner, Flannery O'Connor ou Malcolm Lowry dans telle maison d'édition. Le petit monde. Les arrières-cuisines. Mon turf », comme en témoigne son anthologie, L’Oreille d’un sourd (Grasset, 2011), ce « filet Garnier » qui déployait plus de soixante-dix papelards parmi les mille cinq cents piochés (aussi) dans Rock et Folk, Vogue ou Les Inrockuptibles

Sterling Hayeden

« J’aime le cinéma classique hollywoodien, avec une préférence pour le muet et le western. Je me fous du dernier DiCaprio comme de mon dernier slip. » Depuis sa « libération » du quotidien du même nom où il lui arrive tout de même encore de signer, ce tout nouveau septuagénaire est peut être devenu ce qu’il a toujours voulu être : « une sorte d’historien amateur. » En publiant par exemple cet automne L’Irrégulier (éditions La Rabbia), minutieuse biographie du titanesque acteur-écrivain-soldat-bâtelier-fumeur-de-weed-et-alcoolique-compulsif Sterling Hayden (1916-1986), colosse beau gosse et fort en gueule vu dans Le Parrain, Le Privé, Dr. Folamour ou Quand la ville dort

Dino
Demande à la poussière (1939)

« Le drame, la grandeur et les coups de gouvernail » de Sterling Hayden, c’était le sujet de notre conversation de dimanche dernier, que j’ai jugé bon de prolonger aujourd’hui pour évoquer la participation de Philippe Garnier à la légendaire émission Cinéma Cinémas (1982-1991), pour laquelle il interviewa Robert Mitchum, Sue Lyon ou John Cassavettes, ainsi que des dizaines et des dizaines de petits et grands d’Hollywood à qui « personne n’avait l’idée, à l’époque, d’aller parler ». Nous causerons aussi de son rôle de « découvreur », pour la France, de l’œuvre de John Fante – dont il traduisit le chef-d’œuvre, Demande à la poussière (1939) ; de son « absence d’illusions » sur les Etats-Unis, où il réside depuis 1976 ; de la « subversion » et du « détachement » de Nick Tosches, à propos duquel il écrivit fin octobre une impeccable nécrologie ; j’en profiterai pour vous lire deux extraits d’un épatant recueil de poèmes inédits de Charles Bukowski, Tempête pour les morts et les vivants (éditions Au Diable Vauvert) ; et nous terminerons par ce scénario de western sur lequel planche en ce moment ce cowboy solitaire du journalisme. Tout le monde est prêt sur le plateau ? Moteur, action, ça tourne.

Philippe Garneir Livre

Une émission animée et imaginée par Richard Gaitet, réalisée par Sulivan Clabaut. Programmation musicale : Michael Liot. Photo de Philippe Garnier : Thomas Soulet.

Philippe Garnier

La première partie de l’émission en podcast.

 

Visuel de Une © Guy Peellaert, fragment d’une toile vue dans le générique de Cinéma cinémas.

Nova Book Box
Emissions

Nova Book Box

par Richard GAITET
DImanche 12H00-13H00

Parler la langue des oiseaux, avec Perrine En Morceaux

Parler la langue des oiseaux, avec Perrine En Morceaux

Cette alchimiste de la pop expérimentale fait son nid sur la scène du Nouveau Théâtre de Montreuil, pour un live aérien, composé à partir de chants d’oiseaux et entremêlé de lectures où les piafs jouent un rôle essentiel.

« Carte de séjour, la brûlure. »

« Carte de séjour, la brûlure »

Brigitte Giraud signe et déclame un texte inédit sur l’épopée électrique du groupe originel de feu Rachid Taha, « sa subversion, sa vitesse et sa sensualité », enregistré à la Maison de la Poésie de Paris, en compagnie du guitariste Christophe Langlade.

Le petit Prince, pour mémoire

Le petit Prince, pour mémoire

Poussières d’étoile sur la planète pourpre : examen au télescope des mémoires inachevés du Kid de Minneapolis, « The Beautiful Ones ». Soit le récit – très bref, mais lumineux – de son enfance et de ses premiers contacts avec la musique.