Aller au contenu principal

Les Filles de Illighadad, le groupe qui révolutionne la musique touareg

Printemps 2015, à Portland. Christopher Kirkley est producteur, passionné de musiques du Sahel et fondateur d’un label nommé Sahel sounds. Il fait régulièrement des allers-retours entre l’Oregon et l’Afrique du nord, et notamment le Niger. Un matin de 2015, sur son fil Facebook, Christopher tombe sur la vidéo d’une jeune touareg nigérienne, qui manie avec dextérité une guitare électrique rouge écarlate. 

Christopher n’en revient pas. Non seulement parce qu’il est extrêmement rare de voir des femmes touareg jouer de la guitare, mais aussi parce Christopher connaît cet instrument. C’est lui qui l’a offert  à Ahmoudou Madassane, le guitariste de Mdou Moctar, l’un des artistes signés sur Sahel Sounds. 

La jeune femme qui joue de la guitare, c’est Fatou Seidi Ghali. Quand elle a vu son cousin arriver un jour avec cette guitare flambant neuve, elle l’a supplié de la lui prêter et a apprise seule, en regardant les hommes faire. Il est effectivement très rare de voire les femmes touareg nigeriennes, même si toutes sont musiciennes, jouer de la guitare. Une seule autre femme guitariste est recensée dans la zone. 

L’année suivante, en 2016, Christopher décide d’aller rendre visite à Fatou au milieu de la brousse nigérienne, dans tout petit village du nom de Illighadad qui n’apparaît pas sur les cartes.  

Un épisode écrit et raconté par Clémentine Spiler, réalisé par Emmanuel Baux. Pour écouter la bande son de Pionnières, c'est par ici

Visuel © DR

Pionnières
Emissions

Pionnières

par Clémentine Spiler
du lundi au vendredi à 10h et 18h30

Sachiko Kanenobu, pionnière oubliée de la folk japonaise

Sachiko Kanenobu, pionnière oubliée de la folk japonaise